Historique des locaux dans les PV du CA (1995

January 12, 2018 | Author: Anonymous | Category: Arts et Lettres, Architecture
Share Embed Donate


Short Description

Download Historique des locaux dans les PV du CA (1995...

Description

Page 1/41

HISTORIQUE DES LOCAUX DANS LES PV DES RÉUNIONS DU CA DE LA FONDATION LFSL (1995 – 2015) Françoise Guionneau Professeur – Membre du Conseil d’administration

Lycée Français Saint Louis Cet historique n’a qu’un seul but : Montrer combien le Lycée Français Saint Louis de Stockholm a toujours souffert d’un seul et même problème et ce, depuis sa création: Un manque d’espace récurrent, son corolaire étant une dépendance vis-à-vis des structures d’accueil. En effet, l’École française créée en 1862 mais qui prit son essor en 1866, était une école d’enseignement du français qui sous diverses pressions dut ouvrir une section suédoise très tôt, innovant en créant ainsi une école à double cursus : français et suédois. Les deux cursus se développèrent dans un seul et même ensemble sis à Kammakargatan 36, puis Drottninggatan 108 et enfin à Döbelnsgatan 7-9 et 11, géré par la Fondation Beneficentia sous la présidence des sœurs de l’Ordre de Saint Joseph de Chambéry qui en étaient propriétaires. L’École s’agrandissant, le « Cours Français » (1939-54) devenant le « Cours Saint Louis » (1954-80) survinrent des temps difficiles pour les élèves des deux cursus. Vint aussi le temps pour la « petite école française » de prendre son envol. Ainsi observe-t-on dans les documents une grande instabilité due à la location de locaux dans différentes écoles de la ville de Stockholm, les élèves étant ainsi répartis sur plusieurs sites: C’est le temps d’une école « éclatée ». Dans le protocole du 14 février 1966, il est écrit que, en août 1965, 4 classes suédoises sont hebergées à Norrmalmkommunala Flickskola et 6 classes du « Cours Saint Louis » à Johannesplan numéro 3. Pour le « Cours Saint Louis » commence alors une longue et pénible pérégrination -

Johannesplan 1 Banergatan École anglo-american Shool

Enfin le 3 mars 1975 est signé un contrat de location entre la directrice du « Cours Saint Louis », Madeleine Sirantoine, en représentation du Stiftelsen et Olov Gavelin en représentation de Stora Essingensskola. Ainsi, débuta une aventure qui se poursuit aujourd’hui. Cependant, 15 ans plus tard, dès 1990, se posa à nouveau le problème du manque d’espace et de notre dépendance vis-à-vis de nos propriétaires. Le cri d’alarme est lancé dès la rentrée 1995, comme il est possible de le constater dans le premier document soumis (Cf : p. 3).

Page 2/41

Depuis lors, instabilité, jeu éternel entre « construire » ou « déménager » sont les « leitmotive » des membres des Comités de gestion ou Conseils d’administration qui se sont succédés. Après lecture des extraits de PV que je vous soumets aujourd’hui, il semble clair que la seule solution est : « déménager » et/pour acquérir notre « indépendance». Quelques conclusions supplémentaires pour l’avenir :         -

Définir notre projet d’école à long terme Créer les conditions qui permettront d’assurer l’avenir de ce projet : Recrutement d’un chef de projet (Cf: p.26) Cahier des charges (Cf: p.27) Création d’une « commission de veille » Développer l’entente Essingeskola/SiSAB/LFSL (fondamentale). Explorer le parc immobilier géré par SISAB Associer les parents à une recherche de nouveaux locaux Travailler nos relations avec les riverains Identifier les questions d’environnement Tenir compte des éléments suivants dans le cas d’une éventuelle construction: L’école est un bâtiment classé Une politique de limiter la présence des enfants sur l’île est-elle toujours de rigueur? Essingeskolan est vouée à s’étendre donc à empiéter sur le LFSL

Pour une projection de nos effectifs il est impératif de :   -

Étudier la « loi » sur les effectifs scolaires qui limite à 10% les enfants n’ayant aucun lien avec la France (Cf: p. 28 et 30) Visualiser que le FRITIDS joue un rôle important voire fondamental. Il doit donc être perçu à 2 niveaux : Relations LFSL/Fritids Espace

Enfin, une prospection pourrait être réactivée auprès des Communes de Solna (2006) et Stockholm.



Ayant scanné les PV, je ne suis pas responsable de l’orthographe

Page 3/41

Page 4/41

PV du 26 septembre 1995 3- Le point sur la rentrée Le point sur les travaux (annexe) Le coût total des travaux effectués dans l’annexe se chiffre à 122 000 SEK. Madame FRITZELL demande à ce que des mesures soient rapidement prises afin d’améliorer l’acoustique qui est détestable dans ces deux salles.

4- Compte rendu de la visite de locaux Monsieur VALIA-KOLLERY, Monsieur MALMQVIST et Monsieur LEVY ont visité une ancienne maternité « Allmäna BB » qui pourrait être aménagée en établissement scolaire et ensuite louée. Outre une bonne situation géographique, ce bâtiment semble être de bonne qualité. Cependant, si le Lycée St Louis devait déménager, il faudrait, lors des travaux, être très vigilant à l’agencement des salles. Pour le moment le comité attend de recevoir le coût de cette location après travaux. Les travaux pourraient débuter dès janvier 1996 et le bâtiment livré en janvier 1997. PV du 13 novembre 1995 c)Locaux : l'Ecole Royale Polytechnique KTH qui occupe actuellement une partie des locaux d'Allmäna BB a reconduit son contrat de location jusqu'à 1999. Ce qui implique qu'une étude complète d'aménagement des locaux disponibles est à refaire et il semble que les propriétaires ne sont pas très motivés par cette perspective. Il reste donc trois solutions possibles : - extension des locaux actuels par la construction d'une nouvelle aile ce qui ferait un apport de 9 salles, - installation dans la cour de locaux préfabriqués (9 salles de plus), - relancer les recherches de location de locaux libres. On peut tout de même demander à SISAB de réactualiser les devis pour les deux premières solutions. PV du 7 février 1996 7- Projets du Lycée :  locaux, A partir de la rentrée 1996, le Lycée aura besoin d'une salle supplémentaire en primaire et aura une salle en moins, cédée à l'école suédoise. La solution envisagée d'aménager la partie entresol -infirmerie, bureau de la

Page 5/41

psychologue, salle de réunion - en 2 salles de classe a été rejetée par SISAB. Par contre, existe la possibilité de transformer l'annexe en 4 salles de classe au lieu de 2 actuellement, pour un coût de 26 250 SEK - TTC. Les membres mandatent M. MALMQVIST pour négocier avec le propriétaire de l'annexe le renouvellement du contrat de location du local pour une durée d'un an et non de 3 ans fermes comme il le désire, avec autorisation d'effectuer les transformations. Différents bâtiments qui vont se libérer sont cités : - 3 bâtiments dans l'ancienne garnison près de l'Ambassade de France (15 000 m2), - un immeuble sur Stora Essingen (5 000 m2), - le petit local de 120 m2 situé sur Essingetorget est toujours libre. Le comité accepte que l'agence immobilière Husistan qui a contacté le Lycée se charge de prospecter le marché afin de proposer des solutions éventuelles. PV du 18 avril 1996 9- Locaux :  nouveau contrat de location de l'annexe,  compte rendu de visites

 Nouveau contrat de location de l'annexe Le contrat de location de l'annexe a été renouvelé en date du 09/03/96 pour la durée du 1er/07/96 au 30/06/98 avec une indemnité en cas de rupture avant échéance correspondant à 2 mois de loyer. Le coût annuel passe de 230 000 à 242 000 SEK. Skolforvaltningen a adressé le nouveau contrat tenant compte de la perte d'une salle rendue à Essinge skolan et du nouveau taux d'occupation du Lycée français (82 % au lieu de 86 %). Le loyer de base a subi une augmentation justifiée par la progression du coût de la vie et la stabilité du loyer les trois dernières années. M. MALMQVIST informe les membres que l'annexe a fait l'objet d'une inspection qui a révélé un manque de ventilation adaptée. Le propriétaire attend le rapport écrit pour le transmettre à l'établissement. Il faut d'ores et déjà envisager une dépense conséquente.  Compte rendu de visites Deux bâtiments ont été visités : - à Östermalm, dans l'ancienne garnison : bonne situation géographique, espaces verts à proximité, bonne desserte par les transports en commun. Espaces verts à proximité, bonne desserte par les transports en commun. L'inconvénient serait que la surface occupée par le Lycée serait enfermée dans un complexe de bâtiments,

Page 6/41

- locaux dans un immeuble occupé par des bureaux, près du port mais qui présentent trop d'inconvénients pour pouvoir être retenus. Faute d'offres intéressantes, le Lycée aurait à se diriger vers une solution d'aménagement des locaux actuels. PV du 25 septembre 1995

les travaux : Mr. Levy prend la parole en indiquant les travaux qui ont été réalisés pour la rentrée 1996 : 1) Les salles 307 (histoire-géo) et 308 (dessin) sont opérationnelles. La salle 205 (technoinformatique) est maintenant prête. Mr. Boucher précise que les normes sont respectées malgré le manque de place. 2) L'annexe a également été réparée. Au sujet de l'annexe, Mr. Levy évoque le différent qui oppose le lycée à ABC BYGG. En effet, il a été adressé au lycée une première facture de 34.000 SEK correspondant au devis. Or, deux semaines plus tard ABC BYGG a adressé une facture d'un montant similaire correspondant à des travaux supplémentaires réalisés. Travaux qui n'avaient pas été demandés. Mr. Levy demande quelle est l'attitude à adopter dans ce cas de figure et si un devis a valeur contractuelle en Suède ? Mme Moullé-Zetterström indique qu'un autre devis aurait dû être proposé, sauf s'il est spécifié dans le contrat que l'entrepreneur a le libre choix de réaliser des travaux supplémentaires si celui-ci juge que c'est nécessaire. De plus, un vrai professionnel aurait dû mieux évaluer le travail à réaliser. Compte tenu du fait qu'un devis précis n'a pas été établi entre ABC BYGG et le lycée, il faut reprendre contact avec ABC BYGG afin de discuter chacun des points. Pour les réparations imprévisibles, il faudra donner son accord pour le paiement, mais pour les travaux supplémentaires réalisés sans l'avis du lycée il faudra trouver un arrangement à l'amiable. 3) Mr. Levy évoque maintenant les problèmes rencontrés avec l'aération de l'annexe. Les travaux réalisés pour la rentrée 1995 s'avèrent inutiles. L'aération de l'annexe n'est pas aux normes. Mr. Levy souhaiterait connaître les normes exactes, afin d'évaluer quels sont nos besoins par rapport aux m2 et par rapport au taux de fréquentation de l'annexe, et ainsi demander plusieurs devis. Mr. Malmqvist indique que Mr. Tengdahl, le propriétaire, doit connaître le service de contrôle qui peut nous renseigner. 3/ Le point sur les locaux : En septembre 1997, le lycée ne pourra pas accueillir plus d'élèves qu'il n'en accueille déjà en l'état actuel des locaux : la seule possibilité serait alors de n'ouvrir que 1,5 classe de maternelle contre 4 cette année. Sisab a été consulté afin de nous indiquer les différentes alternatives quant à l'extension des locaux déjà existants. 2 solutions ont été proposées : a- bloc de 9 salles en dur nombre de m2 : environ 500m2 coût : 1300 à 1400 SEK/m2, ce qui implique une augmentation de 40% du prix du loyer Coût annuel : 4,8 millions SEK au lieu de 3,2 millions SEK actuellement.

Page 7/41

Autre conséquence : contrat prolongé de 10 ans. b- préfabriqué 2 salles de 70 m2, couloir, WC coût : 450 000 SEK/an sur 5 ans Autres informations et propositions : 1) SML (Bureau de la promotion de Stockholm) : 3 hôpitaux vont peut-être se libérer d'ici trois à quatre ans, mais aucune décision n'a encore été prise. 2) AKADEMISKA HUS : le bâtiment de Musica Huset, sur Valhallavägen, en face du "Stadion" devrait se libérer en 1999. Un choix s'impose donc. Soit on décide d'attendre 3 ou 4 quatre ans dans des conditions précaires qu'un bâtiment se libère, soit on décide de s'installer sur le site actuel de manière plus permanente (10-15 ans). Mr. Levy demande qu'une décision soit prise par le comité car le lycée ne pourra pas tourner à la rentrée 1997. Compte tenu du manque de réelles alternatives -en effet, si l'on décide d'attendre 3 ou 4 ans, nous n'avons pas la garantie que des locaux se libéreront d'ici là, le comité décide donc de s'orienter vers l'extension des locaux déjà existants. Une solution de type a est retenue, mais ce à condition que le contrat de location soit renégocié en des termes fixes avec Sisab (garantie des m2 disponibles pour le lycée, garantie de Sisab concernant l'état des tuyauteries et de l'évacuation). La liste des opérations est fixée comme suit : - définir la capacité maximale d'accueil des élèves. Le nombre de 550 à 600 élèves est retenu, - établir un cahier des charges. Mr. Levy, Mr. Philipson, Mr. Boucher et Mme Lemaire sont chargés de cette démarche, - contacter les parties concernées (parents, professeurs, AEFE). Mr. Levy est chargé de cette démarche, - contacter Sisab pour la réalisation d'un devis précis, pour la construction de locaux adaptés aux besoins du lycée. Pour cette démarche Mr. Descrières indique à Mr. Levy qu'il peut contacter l'Ambassadeur afin de solliciter l'assistance de Yann Pennes, architecte CSN, - engager les négociations du contrat avec Sisab et Skolverket, l'aide d'un juriste est indispensable, Mr. Descrières propose le cabinet Zanders. Mr. Malmqvist assistera Mr. Levy dans cette démarche. Mr. Peytier informe le comité que Mr. Yves Aubin de la Messuzière, sous-directeur à la DGRSTC sera à Stockholm le 9 octobre et qu'il serait intéressant de lui soumettre le problème. Une date butoir fixée au 24 octobre 1996 est retenue pour réaliser toutes ces démarches, date à laquelle se rencontreront à nouveau les membres du comité.

Page 8/41

PV du 24 octobre 1996 e- Ventilation La ventilation de l'annexe est sévèrement hors norme. La loi impose que tout bâtiment soit en conformité dès janvier 1997. Les différents devis dont le lycée est en possession pour l'installation d'une ventilation aux normes suédoises se situent entre 250.000 et 300.000 SEK. Il est cependant possible de demander une dispense de 6 mois pour être en conformité avec la loi. Le lycée va donc demander une dispense aux autorités, ceci afin de ne pas engager des dépenses inutiles. En effet, l'évolution des locaux telle qu'elle est prévue pour 1997 devrait nous dispenser de l'annexe, il donc préférable de ne pas engager le lycée dans des travaux et dépenses dont il n'aura pas la jouissance.

2- Le point sur les locaux Suite à la décision prise lors de la réunion du comité de gestion du 25 septembre dernier d'étendre les locaux, le lycée a rencontré les responsables de SISAB qui ont proposé des plans pour le bâtiment à construire. Ce bâtiment comporterait les éléments suivants : - 10 salles de classes (dans lesquelles serait regroupée l'école primaire), - 1 bureau, - 1 espace de rangement, - 1 CDI, 1 infirmerie, - 1 salle de motricité pour les maternelles (100 m2), - 1 préau couvert au deuxième étage. Les deux bâtiments seront reliés par une large passerelle en béton. Le nouveau bâtiment lui sera construit en bois ceci afin d'en limiter le coût et le délai de construction. Comme cela a été exigé, le lycée pourra se dégager des m2 loués à l'école suédoise afin de s'assurer une surface fixe dont il restera locataire premier. Cette construction va engendrer un surcoût de 1 200 000 SEK/an ce qui représente une augmentation des frais scolaires de 2500 SEK par enfant. Le lycée ne peut pas attendre une participation de l'Agence car les bâtiments sont loués. Cependant, une demande de d'équipement sera déposée ce qui permettrait notamment de remettre les salles de sciences en conformité. La solution envisagée pour couvrir ce surcoût serait de dégager des frais scolaires le montant consacré aux repas, la cantine ne serait plus obligatoire, (175 jours x 22,50 SEK = 4000 SEK), les autres dépenses ne pouvant pas être réduites (personnels, infrastructures franco-suédoises...). Il est suggéré par les membres que les entreprises françaises basées en Suède soit contactées afin de définir s'il est possible d'envisager un investissement de leur part pour le lycée.

Page 9/41

Mme TASSEL souhaiterait connaître la durabilité du bâtiment, M. LEVY propose que Yann PENNES, architecte CSN de l'Ambassade de France, soit consulté pour qu'il donne son avis. Les membres du comité donnent, à l'unanimité, un accord de principe sur la construction de ce nouveau bâtiment. M. LEVY précise qu'il a eu la visite d'un parent d'élève qui est contre le projet de construction pour deux raisons : 1/ La sécurité ne serait pas assurée au lycée ; 2/ Au 1er janvier 1997, la commune de Stockholm va être divisée en 24 entités indépendantes, ce qui risque d'engendrer des changements relatifs aux subventions. Concernant le premier point, M. LEVY précise que le personnel du lycée est sensibilisé au problème de la sécurité, il doit être vigilant et intervenir au cas où des personnes étrangères viendraient à circuler dans l'enceinte du lycée. Néanmoins, il est difficile de renforcer la sécurité plus qu'elle ne l'est déjà, le bâtiment étant aussi un bâtiment public (bibliothèque de l'île, fritids...). Devant le manque d'information relative aux subventions, et devant le manque d'alternative, les membres du comité donnent, de nouveau, leur accord de principe pour la construction du nouveau bâtiment. PV du 19 décembre 1996

2- Question des locaux M. LEVY indique que malheureusement le lycée se heurte à des problèmes relatifs à l'agrandissement des locaux. Les responsables de SISAB ne peuvent pas encore garantir la date de livraison de ces nouveaux locaux. Ceci est essentiellement dû aux plaintes de personnes hostiles à cette extension qui ont contacté les services locaux, les motifs principaux de ces plaintes sont : 1- Pourquoi l'école privée s'agrandit-elle au détriment de l'école publique ? 2- Les habitants de l'île sont réticents à une extension du lycée (problèmes de circulation, bruit...). M. LEVY a donc alerté quelques familles suédoises dont les enfants sont scolarisés au lycée afin de les inciter à prendre contact avec les représentants locaux pour nous appuyer. M. LEVY a rencontré M. ARNESSON, interlocuteur de SISAB, pour lui faire une nouvelle proposition, ceci en tenant compte du fait que l'école suédoise veut une surface plus importante que celle initialement demandée (2 salles de classe, 1 grande salle, 1 bureau, 1 local de rangement, en plus des 270 m2 que nous leur cédions). La proposition qui, résolvant

Page 10/41

le problème de locaux de Essinge skola, devrait aplanir une partie de l'opposition à notre projet est la suivante : agrandir la plate-forme du 1er étage entre les 2 bâtiments pour y construire une salle de classe, en partie à l'endroit prévu pour notre salle de motricité. Ceci nous obligerait à placer la salle de motricité sur la plate-forme du 2ème étage, mais nous permettrait d'agrandir le CDI. M. LEVY transmet les nouveaux plans aux membres en indiquant où se localisent les changements. L'école suédoise récupérerait tout le rez-de-chaussée et l'actuelle salle 100, le lycée récupérerait la totalité du 2ème étage. Il est envisageable de regrouper les classes de maternelle en salles 201/202/203, il faudra en étudier la fonctionnalité. Un inconvénient concernant le CDI apparaît, celui-ci n'aura pas de lumière directe, la solution serait de mettre des dalles de verre sur le sol de la salle de motricité qui se situera au-dessus. Les modifications que nous devons apporter n'ayant pas été demandées par le lycée, M. LEVY a exigé que le coût des travaux reste celui qui avait été fixé dans le devis original. M. ARNESSON doit en discuter avec les responsables de SISAB. M. LEVY souhaite rencontrer le président de SISAB avec un parent d'élève suédois afin de discuter de tous ces points. Si les 3 parties (Lycée Saint Louis, école suédoise et SISAB) parviennent à un accord, les locaux devraient fonctionner de manière plus optimale même si, malheureusement, le problème de la cantine et du gymnase n'est toujours pas résolu. De plus, si l'école suédoise peut profiter de notre agrandissement pour s'étendre elle aussi, les habitants de l'île seront bien moins hostiles. Le comité de gestion donne son accord pour la nouvelle proposition de SISAB. M. LEVY indique qu'il a visité le lycée médical (école d'infirmières) situé à Gubbängen (sud de Stockholm). Celui-ci a une surface de 11000 m2, le loyer est de 8.000.000 SEK/an. Il y a malheureusement trop d'espace perdu dans ces locaux et notamment 2500 m2 de sous-sol inutilisables. M. LEVY précise qu'il continue à étudier toutes propositions au cas où l'une d'elles pourrait nous convenir et afin d'avoir une alternative à un déménagement si les discussions avec SISAB n'aboutissaient pas. Mme MOULLÉ-ZETTERSTRÖM pense qu'il faut malgré tout garder la solution proposée par SISAB. Concernant le financement des travaux et sa répercussion sur le montant des frais scolaires, un calcul a été réalisé (voir document en annexe). Deux solutions de financement ont été retenues :  La fondation du lycée ne participe pas financièrement à la construction de ces nouveaux locaux: Elle place ses 3 millions de SEK. Le produit du placement permet de limiter l'augmentation des frais de scolarité à 2950 SEK / an / enfant.

Page 11/41

 La fondation du lycée investit 3 millions de SEK au profit de SISAB pour une durée de 15 ans. Une réduction de loyer de 350.000 SEK est accordée par SISAB. L'augmentation des frais de scolarité s'élève à 2630 SEK / an / enfant. M. DESCRIÈRES et Mme MOULLÉ-ZETTERSTRÖM pensent qu'il faut retenir la solution  qui est moins rigide et qui permet à la fondation de ne pas perdre les 3 millions de SEK investis. De plus, si la solution  devait être retenue, le lycée serait bloqué pour 15 ans, ce qui est une longue période, peu pratiquée en Suède. M. DESCRIÈRES insiste de nouveau sur l'hypothèse  car nul ne connaît aujourd'hui la durée de vie du bâtiment. M. LEVY indique que pour l'hypothèse , les 3 millions de SEK disparaissent, ce qui est quelque peu choquant. Mme MOULLÉ-ZETTERSTRÖM, avec l'accord des membres du comité, approuve et retient l'hypothèse  (solution hors investissement) pour le financement des travaux. Il faudra cependant être attentif à la rédaction du contrat, que se passera-t-il en cas de rupture du contrat?, il sera essentiel d'évoquer plusieurs cas de figure. PV du 5 février 1997

2- Locaux a- compte rendu de la réunion avec M. HENRIKSSON, président de SISAB. b- compte rendu de la réunion avec SISAB, Skolförvaltningen et Essinge skolan. M. LEVY a rencontré M. HENRIKSSON avec un parent d'élève suédois, M. WEHLANDER, afin de fixer l'état d'avancement du projet d'extension des locaux. Aucune garantie relative à la date de livraison des nouveaux locaux n'est possible car : - le permis de construire n'est pas encore déposé par SISAB suite à des hostilités relatives à ce projet. Pour limiter les heurts avec les habitants de l'île, les besoins de Essinge skolan, école communale, devront être satisfaits dans le cadre de ce projet pour que celui-ci se voit accepté, - le bâtiment du lycée étant classé monument historique, le bureau de Statsmuséet doit donner son accord, M. LEVY a contacté M. ARNESSON aujourd'hui pour qu'il l'informe à ce sujet. M. ARNESSON a précisé que les membres de SISAB doivent rencontrer les responsables de Statsmuséet le 6 février. M. LEVY a demandé à Yann PENNES, architecte de l'ambassade, de prendre contact avec l'architecte de SISAB pour travailler en collaboration avec lui sur le projet. M. LEVY montre les nouveaux plans aux membres. Il y a des modifications apportées au 1er étage: - une salle pour l'école suédoise a été ajoutée, - la salle de motricité passe au 2ème étage, - la surface du CDI est réduite à moins de 200 m2.

Page 12/41

Une condition a été demandée par Essinge skolan : une séparation qui marque la frontière physique entre les deux institutions doit être construite dans le couloir du 1er étage. La salle de motricité passant au 2ème étage, il faudra étudier la possibilité de déplacer l'école maternelle dans les salles 201, 202 et 203. Il faudra voir avec M. PENNES comment l'école maternelle pourrait être aménagée. Mme TASSEL souligne que les parents s'interrogent tous sur l'évolution du projet. L'APE essaie de renseigner les parents au mieux. Certains d'entre eux sont contre le projet d'extension et pour un déménagement. Mme TASSEL demande s'il est possible de donner des informations plus précises aux parents sur les délais de livraison de ces nouveaux locaux. M. LEVY répond que dans la mesure où SISAB ne nous a pas donné de garantie, il est impossible de donner des renseignements détaillés aux familles. M. PHILIPSON précise que si les habitants de l'île sont contre ce projet de construction, ils peuvent ralentir les procédures. A ce sujet, Mme MOULLE-ZETTERSTRÖM précise que les procédures auprès de STADSBYGGNADSKONTORET peuvent prendre près de deux ans. M. DESCRIÈRES indique que ce bureau a des exigences qu'il faut respecter et peut vraiment poser des problèmes s'il y a des objections -voire une seule objection- à un projet de construction. M. PHILIPSON demande -dans la mesure où le projet d'extension ne pourrait pas se faire- où en sommes-nous avec le projet de Gubbängen (Ecole d'infirmières dont les locaux sont libérés fin 1997) ? M. LEVY répond que le lycée garde cette option ainsi que celle de MUSIKHÖGSKOLAN située à Karlavägen à l'horizon 1999. Mme MOULLÉ-ZETTERSTRÖM pense qu'il faut s'en tenir à ce projet d'extension et exiger des garanties de SISAB et en fonction de la réponse de STADSBYGGNADSKONTORET -si celle-ci est négative- il faudra prendre des décisions relatives à un déménagement et étudier les autres alternatives en détail. c- Loyer Le loyer reste cher malgré des tuyauteries vieilles, une sécurité non assurée, etc. De plus, MILJÖFÖRVALTNINGEN a envoyé son rapport d'inspection. M. LEVY transmet ce rapport aux membres qui en prennent connaissance. Ce rapport indique clairement les problèmes relatifs à l'environnement au lycée. Certains points concernent directement le lycée : toilettes, salle fumeurs. En ce qui concerne les toilettes, leur nettoyage est désormais assuré 2 heures par jour, la salle fumeurs, elle, est devenue une salle non-fumeurs. Les autres points concernent directement SISAB. La ventilation est l'un d'eux, le rapport OVK n'a pas été transmis au lycée par SISAB. M. PHILIPSON indique que si ce document dit que la ventilation n'est pas aux normes, nous pourrions être en droit de demander à SISAB des indemnités et une baisse de loyer. SISAB a-t-il loué le bâtiment aux normes ? M. LEVY a contacté M. ARNESSON afin qu'il nous envoie ce document dans les plus brefs délais.

Page 13/41

Mme MOULLÉ-ZETTERSTRÖM demande : si l'on ne peut pas construire, si la ventilation n'est pas aux normes, que fait-on ? M. LEVY propose la solution du préfabriqué, mais cela implique de continuer à utiliser l'annexe qui devra également subir des travaux relatifs à la ventilation qui est hors normes. De plus, la construction de préfabriqués engagera des frais qui, de toute façon, ne permettront pas au lycée de tourner convenablement. Mme la présidente souhaite que le lycée aille jusqu'au bout du projet. Si celui-ci ne devait pas aboutir, il faudrait envisager d'autres solutions.

PV du 16 avril 1997

4- Locaux Etat d'avancement du projet : Les nouveaux et derniers plans sont communiqués aux membres du comité qui en prennent connaissance, certaines modifications ont été apportées, le nouveau bâtiment répondra naturellement à toutes les normes de sécurité et d'hygiène, il sera constitué de trois étages, et non plus de deux, la surface totale sera de 1560 m2, il se présentera comme suit : - 1er niveau : Infirmerie et école maternelle dont la structure sera adaptée à des enfants de cet âge, une salle de motricité et une salle de repos. - 2ème et 3ème niveau : L'école élémentaire et le bureau du directeur du primaire. Il y aura donc possibilité d'abandonner l'annexe et de donner aux grands élèves un foyer. La grande passerelle qui devait accueillir le CDI ayant disparu, le CDI pourrait être transféré dans les salles 201-202-203 (environ 200 m2) pendant l’été 1998. Demande de garantie de SISAB : Suite à la rencontre qu'il a eu avec M. ARNESSON, M. LEVY a reçu aujourd'hui un contrat de location. Ce contrat prendrait effet dès le 1er janvier 1998, cependant la date de livraison des locaux fixée au 15/12/97 n'est pas garantie. Le permis de construire a été déposé, mais tant que celui-ci n'est pas accepté, aucune date ne peut être fixée. De plus, même si le permis est accepté, les voisins peuvent intervenir auprès des autorités pour faire appel. Dans ce cas, le délai de construction peut être retardé de huit mois à deux ans après l'obtention du permis.

Page 14/41

D'autre part, ce contrat englobe les deux bâtiments, ce qui n'est guère souhaitable car si à l'avenir nos besoins en espace devaient se réduire, il faudrait renégocier le contrat dans son intégralité, or dans la mesure où le prix du m2 n'est pas le même pour les deux bâtiments, deux contrats distincts doivent être rédigés. Chaque contrat devra comporter une clause de désistement, les pénalités ne devront porter que sur le nouveau bâtiment. Il est donc urgent de provoquer une réunion portant sur le contrat. Maître ZANDERS, qui assiste déjà M. LEVY dans la rédaction de ces contrats, devra être présent à cette réunion. De plus, il est précisé dans ce contrat que SISAB s'autorise à terminer certains travaux après la livraison des locaux, ce qui n'est guère acceptable. Il est donc indispensable de faire préciser tous les travaux dans leur intégralité et indiquer clairement quels travaux devront être terminés avant la livraison du bâtiment. Il est décidé que tous les travaux qui ne seront pas terminés à la date prévue ne seront pas réglés. Le contrat doit être revu dans son intégralité point par point pour éviter tout litige dans l'avenir.

PV du 5 juin 1997 Concernant le nouveau bâtiment, la rentrée prochaine se fera dans les locaux tels qu’ils existent actuellement, il ne reste plus que la signature du permis qui devrait se faire cette semaine. Il ne devrait pas y avoir de problème pour une livraison fin décembre 1997. PV du 30 septembre 1997

5- Le point sur les locaux  La construction du bâtiment avance rapidement, les délais vont apparemment être respectés. Sur notre demande, SISAB va effectuer des travaux d’aménagement des salles (installation des tableaux, éviers, étagères, armoires). La 14ème salle sera équipée en prévision de l’accueil éventuel d’une classe.  Le contrat de location l’annexe a été dénoncé Le contrat de nettoyage du Lycée a été dénoncé car les services fournis n’étaient pas entièrement satisfaisants. Un cahier des charges vient d’être élaboré. Un appel d’offres va être lancé.  Le contrat avec Skolförvaltningen à propos du CDI et des salles de réunions  1 et 2 n’a pas encore été dénoncé. La Directrice de Klasstorp semble être pressée de récupérer ces locaux. Le dégagement de ces locaux devra probablement être négocié avec elle.

Page 15/41

PV du 19 novembre 1997

Information sur les locaux : La livraison du nouveau bâtiment prévue pour le 15 décembre 1997 va être retardée au moins jusqu'à 7 janvier 1998, car les ouvriers rencontrent des problèmes d’humidité dans le béton, ce qui retarde la marche des opérations (pose du linoléum). En dédommagement, SISAB propose de prendre part au déménagement. Le Proviseur préfère que les élèves déménagent eux-mêmes leurs tables et que SISAB donne une autre contrepartie. PV du 4 février 1998

2- Le point sur les locaux

Déménagement Le déménagement des salles de classes s’est effectué avec un peu de retard étant donné que les locaux n’ont été livrés que le 15 janvier. L’infirmerie et le bureau du Directeur de l’école primaire ne sont pas encore occupés car les lignes et le nouveau standard téléphonique ne sont pas encore installés. La salle de sieste n’est pas encore utilisée car elle n’est pas encore équipée de rideaux. Tous ces aménagements devraient être effectués la semaine prochaine permettant ainsi l’occupation de tout le nouveau bâtiment. Aménagement à faire rapidement : peintures, téléphone, foyer Pendant les vacances de février, les trois salles du 1er étage (salle de réunion, salle de permanence, foyer des élèves) vont être repeintes. Coût : 24 000 SEK Le nouveau standard téléphonique va être opérationnel à partir du 10 février. Coût : 156 125 SEK Aménagement du foyer des élèves : une somme de 20 000 SEK pourrait être allouée aux élèves afin qu’ils équipent leur salle eux-mêmes. Transformations à court terme : CDI, salles de sciences CDI : le proviseur présente aux membres le plan d’aménagement du futur CDI. Les travaux s’annonçant importants, ils pourraient se faire durant les semaines 15 et 16 (vacances de printemps).

Page 16/41

Le coût va s’élever à environ 200 000 SEK pour les travaux (pas de devis pour l’instant) + 100 000 SEK pour l’équipement (ordinateurs...). Coût total : 300 000 SEK. Priorité est donnée à ces travaux car les locaux actuellement occupés par le CDI doivent être libérés prochainement. M. PHILIPSON se charge de faire une demande de subvention pour l’aménagement du CDI, auprès des Fondations suédoises dont la liste va être donnée par M. GAVE. Salles de sciences : actuellement, elles ne sont pas fonctionnelles et ne respectent pas les normes de sécurité. Les travaux envisagés consisteraient à redistribuer le volume des 4 salles (304-305-306laboratoire) mais en conservant l’amphithéâtre pour les cours. Cela entraînerait des travaux de plomberie, de déplacement de cloisons... D’après le devis envoyé par SISAB l’année dernière, le coût des travaux s’élèverait à 870 000 SEK. Etant donné ce coût élevé, ces travaux ne peuvent pas être envisagés cette année. Ils pourraient être effectués en deux tranches, ainsi tout ne serait pas fait en une seule fois. SISAB se montre très intéressé par ces travaux, car il n’y a pas de ventilation dans cette partie du bâtiment. Ils profiteraient alors de l’installation du système de ventilation pour effectuer l’installation des hôtes aspirantes. Une demande de subvention de 1 300 000 FF a été faite auprès de l’AEFE Aménagement d‘une salle pour les photocopieuses : le coût des travaux n’est pas encore chiffré par SISAB. Rideaux : des rideaux vont être installés, les jours prochains dans les salles suivantes : infirmerie, bureau de la psychologue, salle de sieste, bureau du Proviseur, secrétariat, salle des professeurs. Coût : 80 000 SEK. Alarme antivol du nouveau bâtiment : coût : 60 000 SEK. Dépense non prévue mais obligatoire : suite à la parution des articles sur le Lycée au mois de juin et à la visite qu’ils nous ont rendu en novembre, l’Inspection du travail exige de l’établissement d’avoir recours aux services d’une entreprise de consultants afin d’effectuer une enquête sur le milieu psychosocial. Nous avons choisi « Sandhal Partners », le coût s’élève à environ 200 000 SEK. Donc, le coût total des dépenses qui figurent sur la décision budgétaire modificative est de 621 000 SEK. Les membres, à l’unanimité, sont d’accord pour formaliser cette DBM. PV du 21 avril 1998 Problème concernant le contrat de location de l’annexe Le proviseur évoque le problème de l’annexe : contrat non dénoncé à temps qui entraîne un prolongement jusqu'à l’an 2000. Accord de sortie avec une pénalité de 6 mois. Les locaux

Page 17/41

seront libérés au 1er Avril 1998. Le paiement se fera jusqu'à la fin de décembre. Ceci est une solution plus gérable que de sous-louer. Le proviseur dit qu’il n’y a pas de responsabilité directe d’une personne car il n’y a pas personne proprement responsable des contrats de location. Mme LEMAIRE trouve qu’il y a un gros problème de compétence. Il n’a jamais été précisé qu’il fallait faire une autre dénonciation après celle de septembre 1997, aucune autre date n’avait été annoncée. M. ZANDER préconise de réaliser un échéancier concernant tous les grands contrats (matériel, location, assurance, entretien). M. ZANDER propose son aide (date échéance, renouvellement, préavis...). Les membres approuvent. PV du 4 juin 1998 Loyer Surprise (voir la pj): Les locaux actuellement sont tous avec un contrat de 1ère main. Depuis 1997, 2 changements ; 1. auparavant, le loyer était divisé en 2, il était de SEK 600 000. 2. Aujourd’hui, SISAB demande à Stadsdelsnämnden de payer 838Kr/m2/sans eau ni électricité compris. Le loyer sera donc de SEK 894 317 basé sur 1 040 m 2 dans le bâtiment principal et 1500 m2 dans le nouveau. 2 contrats : 1. Pour les superficies communes avec Essingeskolan 1 134 m2 (réfectoire, gymnase, escaliers, salle de chauffage, cave), elles nous reviennent à 75% du coût ( Essingeskolan a 25%), basé sur le nombre de jours utilisés par an, donc SEK 585 000. 2. Pour les superficies qui nous sont propres, 2 406 m2, SEK 378 000 compris eau et électricité. Tous les locaux en sous-location ont été rendus. Le sous-sol, 75% de 180 m2 est cher, SEK 113 130. Accord du comité de gestion pour le nouveau loyer basé sur les nouvelles données.

PV du 17 novembre 1998 Ras PV du 17 mars 1999 Ras PV du18 mai 1999 Ras PV du20 novembre 1999 Le programme de travaux d’aménagement en l’an 2000 est accepté. Certains points sont discutés. (Le programme d’investissement 2000 est joint en annexe.)

Page 18/41

La séparation de la salle de travail - salle de reprographie ne sera pas réalisée sous la forme initialement prévue : la location des nouveaux photocopieurs moins bruyants a permis de faire évoluer le projet initial. La salle des enseignants sera réaménagée de façon plus fonctionnelle avec l’achat de mobilier plus adapté. Les entrées A et E du bâtiment principal feront l’objet d’une étude (rénovation conjointe SISAB et lycée). Une porte de communication sera ouverte entre le dortoir et la salle de classe des enfants de la Petite Section de Maternelle. Un projet d’agrandissement du bureau de la Vie Scolaire est également à l’étude. Le projet éducatif EPS est en cours d’élaboration. Il permettra une meilleure répartition des cours au gymnase du lycée et imposera un recours plus pertinent à des salles de sport extérieures.

PV du 27 mars 2000 1

Le programme des travaux et aménagements pour l’année 2001 est étudié : - couverture de la passerelle entre les deux bâtiments, - achat de mobilier et matériel audiovisuel et informatique (lave vaisselle et réfrigérateur pour l’infirmerie), - mise en réseau de 65 postes informatiques avec installation d’un webmaster qui délivrera à chaque élève une adresse e-mail, - installation de « Fire Wall » pour interdire l’accès à certains sites et protection anti-virus.

PV 16 mai, 21 novembre 2000 Ras PV 22 mai 2001 Ras PV 20 novembre 2001 1. Programme des travaux. Le gestionnaire informe de l’obtention d’un permis de construire pour la couverture de la passerelle entre les deux bâtiments et précise que les travaux devraient être réalisés aux prochaines vacances de Noël ou février.

Page 19/41

Les projets restants sont les suivants : - matériel de sciences, - amélioration du cadre de la cantine (éventuellement en faisant appel à un designer), - achat de bureaux pour les professeurs, - équipement en postes informatiques du primaire (10 postes) et de salle de technologie (6 postes), - achat d’un projecteur vidéo. Le proviseur souligne l’investissement réalisé depuis la rentrée dans le domaine de l’équipement audiovisuel (équipement de six salles en télévisions et magnétoscopes). PV 20 mai 2003 a)   

le gestionnaire développe l’état des travaux en cours et des investissements. informatique et signalétique, reprise espérée des travaux d’aménagement de la cantine, extension par l’élévation du nouveau bâtiment (coût 12 millions-durée 12 mois) sous réserve de la portabilité des murs actuels. Le précédent architecte est le maître d’œuvre.

PV du 25 novembre 2003 Projet d’extension des locaux Diverses solutions ont été étudiées (agrandissement du site actuel), des propositions faites (déplacement de nos activités sur un autre site). Elles ne sont pas réalisables dans un futur proche, l’effort est donc porté sur l’amélioration des acquis PV du 10 mars 2004 b) Travaux et investissements en cours (exercice 2004)     

Peinture de la salle polyvalente. Installation de 2 espaces informatiques polyvalents avec matériel modulable (303 et 308), équipement du CDI avec ce type de matériel. Peinture des couloirs de l’administration. Réaménagement de l’infirmerie et du couloir d’accès au secrétariat. Nouveau mobilier en salle de repos

6) Projet d’extension Le proviseur annonce que la décision finale se prendra lors d’une session extraordinaire du Comité de Gestion, le mardi 16 mars 2004 à 18h30. Après un bref rappel de toutes les recherches menées qui n’ont pas abouties, et après la visite de plusieurs sites, le proviseur expose au Comité de Gestion le projet « Tulegatan » .C’est un local de 1167 m2 proche de Vanadislunden qui de par sa

Page 20/41

localisation au centre ville offre des conditions de transport en commun satisfaisantes.Le prix de location au m2 est abordable et le contrat de location est proposé sur 10 ans, avec rupture possible aux termes de 3 années. Ce local pourrait être exploitable dès la rentrée après les nécessaires travaux d’aménagement et pourrait accueillir 6 classes de maternelle dans un premier temps. Le proviseur explique que les contraintes familiales seraient prises en compte. Un système de navette serait mis en place. L’APE et les personnels ont été informés et invités à une visite du local. Si les personnels du secondaire sont plutôt favorables à une délocalisation apportant une qualité d’enseignement accrue à tous les niveaux, on note une réticence plus ou moins forte des personnels directement concernés. L’APE souligne qu’elle ne s’oppose pas au principe du projet mais préférerait une année de réflexion avec constitution d’une commission de travail. Le proviseur rappelle que suite à l’inspection de l’administration suédoise et aux nouvelles règles imposées de maxima d’élèves, une décision urgente s’impose, d’autant qu’un certain nombre d’autorisations seront nécessaires : permis de construire, enquête de voisinage, parking, etc. Il se dit conscient des réticences émotionnelles des personnels et des familles. Le Comité de Gestion décide l’élaboration et la diffusion d’un questionnaire destiné aux familles de façon à mesurer l’impact qu’aurait une délocalisation sur les effectifs et le budget. Le CG statuera après l’analyse de ce questionnaire.

Compte rendu de la séance exceptionnelle du 16 mars

Les membres présents sont ceux de la réunion du 10 mars, ainsi que M. Jean-Jacques Zander, Président, et Mme Joëlle Neveu, consule. L’enquête envoyée aux familles a été dépouillée le 15 mars en présence de parents. Les résultats montrent que 96% des familles maintiendraient l’inscription de leur(s) enfant(s) en cas de délocalisation de la maternelle. les réponses étaient nominatives et seules les réponses des familles concernées ont été retenues pour la synthèse. L’APE est réservée car les opinions des parents sont très partagées. Néanmoins, le quota d’enfants par rapport à la superficie de Stora Essingen étant atteint, la situation est critique .Si aucune mesure n’était prise, l’école serait contrainte de refuser de nombreuses inscriptions et mettrait en péril à terme l’équilibre global de la structure, faute d’entrées suffisantes au CP. Vu l’excellent état des finances, le fonctionnement de l’annexe ne puiserait pas dans les réserves de l’établissement et pourrait devenir un bon investissement à terme. L’A.P.E. comprend la problématique dans laquelle se trouve le Lycée Français Saint Louis. Le projet est mis au vote. Résultats : Sur 11 votants présents (Mr Passard n’ayant pas donné de mandat) 7 pour (dont 2 représentants du personnel)

Page 21/41

0 contre 4 abstentions (dont 1 représentant du personnel et 3 représentants de l’APE) Décision : Le Comité de Gestion décide d’un accord de principe de la délocalisation des classes maternelles à Tulegatan à la rentrée 2004, sous réserve d’obtention des autorisations administratives nécessaires (permis de construire, enquête de voisinage, inspections, etc.) et de certaines vérifications techniques (impact de la 2ème mission d’inspection sur le budget de l’opération, notamment). L’APE demande que la décision soit annoncée par le lycée. Une commission de mise en œuvre sera constituée. PV du 6 avril 2004 6) point sur les locaux La commission « locaux » s’est penchée sur un projet de location de 2 fois 230 m², au dessus du magasin COOP de l’île de Stora Essingen. Avec l’accord du propriétaire, un dossier a été déposé auprès des autorités de la commune de Stockholm afin de donner à ces locaux une vocation scolaire. Des premiers éléments de réponse sont attendus dans les prochains jours. Les délégués de parents proposent leur aide en cas de réponse négative. En cas de réponse positive, un budget d’investissement devra être prévu pour les travaux de mise en conformité. Aucune utilisation de ces locaux ne doit en tout état de cause être attendu avant novembre 2005. En attendant, les locaux de l’annexe actuelle seront utilisés, d’autant plus qu’un délai de 9 mois est nécessaire à la résiliation de leur bail. Vote pour la continuation de ce projet: accord de principe adopté à l’unanimité

PV du 17 mai 2004 1. Point sur les locaux. L’aménagement prochain de locaux situés à Gammelgårdsvägen 38, Stora Essingen, permettra l’installation de quelques cours généraux des classes du lycée. La location de cet espace de 300 m2 présente l’avantage de la proximité géographique tout en ne constituant qu’un engagement mesuré. La solution reste provisoire, l’espace n’étant pas réellement suffisant pour répondre aux besoins du Lfsl. Il est pour l’heure impossible de répondre à la demande des inscriptions pour la rentrée 2004, la nouvelle annexe permettra cependant de « limiter les dégâts ».

Page 22/41

Y seront aménagées deux grandes salles pour 25-28 élèves, ainsi que deux petites salles pour travaux de groupe ou en série, une cinquième salle de travail ou de repos pour les élèves, plus une salle de travail pour les enseignants. Le loyer annuel sera de 355 500 SEK, et tous les investissements seront mobiles, donc récupérables, sauf les frais d’aménagement de la terrasse. Loyer annuel 355 500 Téléphone/an 10 000 Electricité/an 15 000 Parking/an 4 000 Aménagement de la terrasse 78 000 Mobilier salles de classe 116 000 Matériel pédagogique 86 000 (dont leasing photocopieur : 24 000/an) Aménagement du foyer 9 000 TOTAL GENERAL

673 500

soit un total d’investissement de 265 000 + un total annuel de 408 500 , ce total annuel étant déjà couvert par les inscriptions de 10 élèves. Le contrat est de trois ans, avec un dédit de neuf mois. Il est prévu que le directeur du futur Fritids effectuera son service administratif dans l’annexe.

PV du 30 novembre 2004 b/ Perspectives : Locaux : Plusieurs perspectives à analyser : Un déménagement complet :  Södermalm – un lycée se libèrerait mais il n’existe pas de cour et le bâtiment ne présente pas un grand intérêt esthétique.  Solna – un contact est pris avec la commune.  Valhallavägen – de beaux bâtiments de l’armée, peut-être très onéreux. Une extension locale : Surélever le bâtiment. Un nouvel argument pourrait influer sur la décision des autorités : le nouveau Centre de Recherche Européen d’Immunologie permettrait l’accueil d’une trentaine de familles.

Page 23/41

Une délocalisation partielle :  Il existe des locaux vides dans l’actuelle annexe.  Un projet d’antenne à Östermalm est à l’étude. Elle serait perçue comme une vitrine de l’établissement au centre ville. 200m2 dans le bâtiment de l’église réformée audessus des « Mélodies ». Pourraient fonctionner 1 classe de Petite et Moyenne section ainsi qu’une classe de Grande section / CP. Le principe séduit plusieurs familles mais Monsieur TRUSSART émet quelques réserves : l’éloignement du lycée des enfants concernés ne va-t-il pas nuire à leur intégration future ? Quel est le risque financier ? Le Proviseur prévoit qu’il n’y aurait pas d’incidence sur le budget de l’établissement, une ébauche de budget de fonctionnement ayant abouti à l´équilibre. Travaux envisagés :  Peinture du couloir du deuxième étage  Aménagement d´un espace langues vivantes  aménagement d’un espace d’attente pour l’accueil des parents,  revoir la sonorisation de la salle polyvalente,  aménagements au niveau de la cuisine.

PV du 6 avril 2005 6) point sur les locaux La commission « locaux » s’est penchée sur un projet de location de 2 fois 230 m², au dessus du magasin COOP de l’île de Stora Essingen. Avec l’accord du propriétaire, un dossier a été déposé auprès des autorités de la commune de Stockholm afin de donner à ces locaux une vocation scolaire. Des premiers éléments de réponse sont attendus dans les prochains jours. Les délégués de parents proposent leur aide en cas de réponse négative. En cas de réponse positive, un budget d’investissement devra être prévu pour les travaux de mise en conformité. Aucune utilisation de ces locaux ne doit en tout état de cause être attendue avant novembre 2005. En attendant, les locaux de l’annexe actuelle seront utilisés, d’autant plus qu’un délai de 9 mois est nécessaire à la résiliation de leur bail. Un accord de principe est donné à l’unanimité pour suivre ce projet. PV du 4 mai 2005 2. Les locaux. Le 11 mai 2005 s´est tenue une réunion d´information concernant les locaux situés au dessus du magasin Konsum, en la présence de représentants de parents, des membres de l’administration et du personnel, du propriétaire et de l’architecte en contact avec la commune.

Page 24/41

Les propositions de plans et d’aménagements devront être déposées auprès du Stadsbyggnadskontoret (le bureau des plans de la ville). Quelle que soit la décision finale, la durée maximale du bail est limitée à 10 ans. Les autorités demandent également que leur soit fourni un plan alternatif, dans la mesure où les locaux du Konsum n’ont pas initialement une vocation scolaire. L’autorisation d’occupation de ces locaux ne pourrait délivrée qu’à titre exceptionnel. Quant au projet alternatif, une des options consisterait en un étage supplémentaire de l’actuel bâtiment de l’école primaire. Afin de ne pas alourdir l’ensemble de l’édifice, la structure de ce nouvel étage devrait être métallique. JB Trussard s’interroge sur la faisabilité de pareil projet, tout en soulignant que l’aménagement d’un nouvel étage est l’alternative qui avait été la première retenue. Peutêtre conviendrait-il de saisir cette opportunité pour définir le plus précisément possible cette extension interne. Par ailleurs, si le Lycée obtenait l’agrément de la commune, il est probable que le Dagis suédois souhaiterait obtenir de semblables aménagements. L’ensemble du projet sera transmis aux autorités le 30 mai 2005. Le dossier devrait être traité dans un délai de 6 semaines. Concrètement, aucun changement d’occupation des locaux ne sera encore effectif à la rentrée 2005. L’occupation de l’actuelle « annexe » est reconduite. Le bail signé pour ce dernier local court jusque en 2007, avec un préavis de 9 mois. PV du 30 novembre 2005 6/ Problème des locaux et présentation du projet Brygghuset: a/ Le projet « Konsum »(Stora Essingen) n’est pas abandonné pour le moment. Il offre les avantages d’un coût très raisonnable, de la proximité et donc de l’unité pédagogique préservée. Néanmoins, il ne représente qu’une solution transitoire pour 10 ans, accordée par les autorités communales si le L.F.S.L. s’engage à construire un étage supplémentaire sur le bâtiment du primaire. Cette solution semble être la meilleure mais se heurte malheureusement aux habitants de l’île et aussi à la volonté politique locale de réduire la présence d’enfants sur l’île de Stora Essingen. Même si le projet ne résout pas les problèmes d’engorgement à la cantine et dans la cour, il convient de le suivre avec intérêt. Mme Ivarsson demande l’initiation d’une réflexion autour du problème de la circulation suite aux nombreuses plaintes déposées régulièrement par les riverains. Mr Montois explique, suite à la visite de l’inspection, la volonté des autorités suédoises de voir diminuer le nombre d’enfants en maternelle sur Essingen. b/ Présentation du projet « Brygghuset » (Délocalisation partielle près d’Odenplan de 8 classes primaires de la PS au CM2, avec possibilité de 4 classes en plus dans l’avenir.)

Page 25/41

Une annexe du Fritids et un Daghem sont prévus sur le site. Les atouts de ce projet : - très bonne localisation en centre ville, proximité des bus et du métro. - mise aux normes du bâtiment à la charge du propriétaire. - abandon des différentes locations annexes actuelles. - possibilité d’améliorer l’accueil des maternelles (dortoir, salle spécialisée...) Les difficultés de ce projet sont liées à la répartition des familles entre les 2 sites, l’organisation pratique d´un fonctionnement sur deux sites et la réticence d’une partie des personnels. Les parents sont globalement favorables à l´idée du projet, mais souhaitent la désignation d’un chef de projet ainsi qu’une étude budgétaire plus détaillée permettant d´appréhender au mieux l´impact de celui-ci. PV du 3 avril 2006 2. Les locaux.  La communication du projet. Après avoir dressé l’historique du projet « Jernhuset », M. Nonnenmacher rappelle que les parents délégués ont été régulièrement destinataires de tous les éléments d’information au sujet de ce projet particulièrement délicat et complexe à mener. M. Nonnenmacher déplore cependant le nombre de critiques qui a pu lui être très souvent adressé avant même que le projet n’ait pu être définitivement présenté. Pareille attitude rend la tâche particulièrement pénible pour l’équipe de direction. Il est rappelé que l’APE a été constamment associée au processus de réflexion sur ce dossier et qu’à l’occasion de la dernière assemblée générale des parents, devant laquelle M. le Proviseur avait exposé la situation, une large majorité de parents semblait avoir compris l’urgence et la gravité de la position dans laquelle se trouvait actuellement le LFSL si aucun déménagement n’était rapidement envisagé. M. Dizengremel, au nom de l’APE, tient à souligner la qualité de la relation entre l’APE et l’équipe de direction. Toutefois, recontextualisant les propos de l’un de ses derniers courriels adressé à la direction, M. Dizengremel souhaiterait que l’accès aux différents éléments du dossier soit plus transparent et que l’APE soit encore plus étroitement associée au projet. Mme. Ivarsson insiste sur l’importance de la communication aux parents. Une communication claire et régulière est indispensable pour justement désamorcer certaines réticences et préventions des parents. Mme Ivarsson rappelle que l’APE, sur ce dossier, sera plus particulièrement vigilante sur 2 aspects : -

la viabilité du projet : l’APE n’est pas contre le projet, elle souhaite seulement que la solution adoptée soit la plus satisfaisante pour l’ensemble de la communauté du LFSL et ses partenaires.

Page 26/41

-

Une conduite transparente et professionnelle du dossier. 80% des parents sont soucieux du bien-être de leurs enfants dans l’établissement. Le projet ne pourra cheminer que si l’on prend la peine de préciser tous les enjeux et les solutions envisagées.

Au terme de cette mise au point des relations entre l’APE et la direction du LFSL, M. Dizengremel tient à retirer la formule « soit plus étroitement associée » qu’il avait employée dans ce courriel et convient que cette formule était quelque peu malheureuse. M. Zander rappelle enfin que le Comité de Gestion n’est pas ce soir réuni pour prendre la moindre décision finale. Le Comité en demeure au stade de la phase exploratoire avec tous ses partenaires. Prudence et réflexion sont indispensables sur un dossier aussi complexe.

 L’avancée du dossier. M. Le proviseur rappelle combien la situation du LFSL sur Stora Essingen est critique en matière de normes de sécurité. L’établissement est à ce jour surpeuplé. Les classes de maternelle accueillent 120 élèves alors que seuls 80 élèves sont légalement autorisés par les autorités. Le lycée bénéficie donc d’une tolérance de la part des autorités suédoises. A la prochaine rentrée, 70 élèves sont prévus en classe de CP, croissance inédite, qui tient à « l’effet fritids » et à la qualité de l’offre pédagogique, mais à laquelle la structure ne peut plus à ce jour répondre. Il est malheureusement probable que des familles françaises, en droit de rejoindre le LFSL, n’auront pas accès à l’établissement à la rentrée 2006. M. Defay, rappelle que dans le cadre de nos relations avec l’Etat suédois, la rigueur s’impose. L’établissement doit se montrer respectueux de toutes les normes définies par la législation suédoise en matière de scolarisation et de locaux. M. le conseiller rappelle que S.E.M. l’ambassadeur soutient l’action engagée par le LFSL tant dans le projet d’un déménagement partiel que dans celui d’un déménagement global de la structure qui faciliterait probablement davantage la vie des familles dont celles des personnels de l’ambassade. M Defay souligne que, malgré l’urgence du dossier, les négociations en sont toujours à une phase exploratoire. M. le conseiller s’étonne de l’extrême réactivité de plusieurs familles qui n’ont pas hésité à solliciter S.E.M. l’ambassadeur à ce sujet. A cet égard, il s’étonne de certains arguments soulevés contre le projet « Jernhuset » tel celui de la pollution alors même que le bâtiment est situé à proximité du complexe hospitalier et universitaire de Karolinska, établissement particulièrement exigeant sur ce point. M. Defay tient à recadrer le rôle de l’APE. Dans ce dossier, elle doit remplir 2 missions essentielles : -

Animation du dossier et diffusion de l’information auprès des parents. Calmer l’enthousiasme et les calculs individuels tout en cherchant à dégager les intérêts communs des familles. Chacun doit prendre sur soi dans ce dossier.

Page 27/41

M. Dizengremel demande si le gouvernement français serait en mesure de fournir une caution financière. M. Defay considère qu’à ce jour l’avancée du dossier ne permet pas d’envisager une telle option. M. Defay dégage quelques pistes. Pour accroître la masse budgétaire de l’établissement, le LFSL pourrait à terme envisageait d’accroître les droits de scolarité des expatriés français. Si une construction neuve devait être envisagée, une demande de caution pourrait être instruite. En revanche, dans l’option d’une location de locaux, la décision du LFSL relève d’une stricte analyse du budget de l’établissement. La caution du gouvernement français n’est pas indispensable. M. Wlodarczyk rappelle que tous les membres du Comité de Gestion sont personnellement responsables des décisions prises. La mission du Comité est de contribuer au développement du LFSL en évitant de mettre l’établissement en danger économique tout en étant parfaitement respectueux des normes de sécurité et de scolarisation définies par la Suède. M. Nonnenmacher tient à rappeler que le problème de la taille des effectifs ne constitue pas encore à ce jour un problème pour une évacuation des élèves et des personnels en cas d’incendie. Le problème des effectifs est en revanche très sensible pour les services de cantine et pour l’occupation de la cour de récréation. L’établissement n’est pas fondamentalement hors la loi, mais si d’ici un ou deux ans aucune solution n’était trouvée, il conviendrait de fermer une maternelle ou deux pour respecter fidèlement la législation suédoise. Après analyse de l’état du compte financier du LFSL, M. le proviseur indique que l’établissement serait en mesure de supporter un loyer annuel d’environ 12 millions de couronnes, qui engagerait l’établissement sur ce site pour une durée de 30 ans. Compte tenu des fluctuations d’effectifs durant les premières années d’exploitation, il est probable que le lycée arriverait à une situation d’équilibre financier au bout de 2 à 3 ans. Cependant, en l’état actuel des négociations, les premières offres du propriétaire de Jernhuset s’élèvent respectivement à 17 puis 15 millions de SEK. M. Le proviseur souligne 2 aspects qui rendent complexes les négociations et expliquent l’importance du loyer exigé par le propriétaire : -

-

la superficie des locaux est de l’ordre de 11 000 m². Dans l’absolu, le LFSL n’aurait pas besoin dans l’immédiat d’une superficie aussi étendue. Cependant, le propriétaire souhaiterait ne pas morceler la location. Le montant des travaux à réaliser qui nécessiteraient un investissement de l’ordre de 150 millions de couronnes (dont une option de 20 à 30 millions pour l’aménagement d’un gymnase.

M. Zander souligne que la proposition du propriétaire demeure à ce jour décevante. M. Wlodarczyk demande s’il ne serait pas possible d’étaler les travaux. M. Nonnenmacher souligne que les travaux envisagés (mise aux normes, travaux de ventilation) sont incontournables. Le LFSL pourrait reconsidérer sa position si le loyer avoisinait les 13 millions

Page 28/41

de couronnes. Il convient de veiller à ce que les sommes allouées au loyer ne dépassent pas le tiers du budget de l’établissement. M. Nordmark rappelle que compte tenu de l’importance et de la complexité du dossier il conviendrait peut-être de souscrire une assurance pour tous les membres du Comité de gestion. M. Wlodarczyk demande si des contacts ont été pris avec la municipalité de Solna où sont précisément situés les locaux de Jernhuset. M. Nonnenmacher considère la démarche avec intérêt. L’arrivée du LFSL pourrait être positive pour l’image cette commune. La négociation de subventions pour la location d’un gymnase convient d’être étudiée.  Enjeux et poursuite de la phase exploratoire Mme Renard, au nom des personnels, soutient les démarches engagées par la direction de l’établissement. M. Zander considère qu’au regard du loyer annoncé, la direction devrait également explorer l’option de l’achat du bâtiment (350 à 400 millions de couronnes ?). M. Dizengremel, pour l’APE, rappelle qu’il convient de « dérisquer » autant que possible le projet en veillant notamment à toutes les questions d’environnement. Le dossier est très complexe, il conviendrait de s’entourer de professionnels dans la négociation. MM. Nonnenmacher et Zander précisent quelques aspects sur les modalités et les frais encourus par le déménagement du lycée : -

-

Les bâtiments de Jernhuset exigent 1 an de travaux. Des frais seraient occasionnés pour rupture du bail pour les locaux de Stora Essingen. Les sommes pourraient être importantes ( 3 à 5 ans de loyer selon la date de départ) si l’actuel propriétaire n’était pas en mesure de trouver un nouveau locataire. Afin d’attirer de nouveaux élèves, il conviendrait de prévoir l’ouverture de l’actuel Fritids au public des classes de maternelle y compris pendant les vacances. A cet égard, Jean-Luc Montois rappelle combien a été déterminant le rôle du Fritids dans l’augmentation récente des effectifs.

M. Montois rappelle l’originalité et la qualité de l’offre scolaire dispensée par le LFSL sur Stockholm. Nombre de parents qu’il a rencontrés s’est montré indifférent à la future localisation du LFSL tant les familles ont été séduites par les projets pédagogique et culturel de l’établissement. Le contexte scolaire est particulièrement porteur pour le LFSL. Par ailleurs, afin de ne pas voir les autorités françaises rogner sur certaines subventions, il convient de veiller à ce que le LFSL puisse scolariser le public de nationalité française. Un calendrier des prochaines échéances est dégagé : -

M. Dizengremel souhaite que, conjointement aux négociations engagées sur le projet Jern Huset , les négociations soient relancées sur le dossier Brygghuset. Sandy Vuille-

Page 29/41

-

Dit-Bille rappelle que l’actuel locataire refuse à ce jour de partir. M Dizengremel souhaite qu’une négociation « tripartite » (LFSL / propriétaire / Locataire) soit engagée pour le site de Brygghuset et se propose de l’initier. M. Le proviseur s’engage à démarcher la municipalité de Solna et Miljöförvaltningen pour le site de Jern huset.

M. Nordmark et les représentants de l’APE, compte tenu de la complexité du projet, souhaiteraient le recrutement d’un chef de projet pour conduire ce dossier dans le cadre d’une mission de 4 à 6 semaines. Malgré le coût de la prestation (estimée entre 200 000 et 500 000 couronnes), la nomination d’un expert permettrait d’envisager de manière indépendante et professionnelle les moindres aspects du dossier. M. Zander souligne que la mission pourrait être découpée en différentes phases, facturées séparément. Les représentants des personnels, après concertation, sont d’accord sur le principe. PV 29 mai 2006 1. Point sur les locaux  Annexes sur Stora Essingen Les locaux du dagis suédois se libèrent mais ont été repris avant même que l’information ne nous parvienne. Quant au local du Konsum, il vient d’être cédé; nous étions prioritaires mais une réponse nous a été demandée alors que le projet « Jernhusen » était encore actuel. L’annexe IOGT, enfin, est louée pour encore un an. L’extension éventuelle du contrat (avec préavis de 9 mois) devra être morcelée dans l’optique d’un déménagement éventuel.  Point sur les projets « Brygghuset » et « Jernhusen » David Hay, à qui il a été donné mandat lors du précédent comité de gestion d’étudier la viabilité financière des deux projets en cours, nous rend compte des négociations menées sur les dossiers « Brygghuset » et « Jernhusen ». Pour le projet « Brygghuset » (délocalisation partielle) : David Hay a eu une réunion avec Svenska Bostäder, propriétaire de Brygghuset, et l’agent immobilier. L’incertitude quant à la durée du bail actuel, en raison notamment du caractère éminemment politique de sa prolongation, fait que ce projet n’a que peu de chance d’aboutir. Pour le projet « Jernhusen » (déménagement total) : David Hay a rencontré début mai les représentants de Jernhusen, propriétaires du bâtiment sis à Tomteboda, afin de poursuivre les négociations engagées par le LFSL. Il estime que le résultat des premières discussions sur les implications financières d’une location à long terme, voire d’un rachat progressif des locaux, était positif et laissait augurer d’un développement favorable du projet.

Page 30/41

Malheureusement, Jernhusen a reçu, entre-temps, une proposition d’achat pour l’ensemble du bâtiment. Le LFSL n’ayant pas les moyens de réagir aussi vite sur de telles sommes, le projet est enterré. Le proviseur remercie David Hay pour la rapidité et l’efficacité de ses actions et souligne que le projet « Jernhusen » illustre la lenteur de notre propre procédure, avec son côté quelque peu artisanal, sur un marché commercial à haute réactivité. Il suggère donc que le projet de déménagement soit confié à une équipe de professionnels, ce qui implique de redéfinir le cahier des charges.  Cahier des charges Le LFSL dispose actuellement de 5500 m2 qui s’avèrent d’ores et déjà insuffisants pour 600 élèves. Le proviseur souligne que l’option d’un déménagement de l’intégralité de la structure répond au souhait des enseignants, soucieux de maintenir l’unité pédagogique et l’identité du LFSL. Les parents demandent néanmoins à ce que l’option d’un déménagement partiel ne soit pas systématiquement exclue dans la mesure où elle représente un risque financier moindre.

Il est décidé de définir un double cahier des charges comme suit : Déménagement complet : -

8000 à 10000 m2 en location ; l’hypothèse d’un achat ou d’une construction n’est pas écartée, le coût d’une telle option restant à évaluer Situation géographique centrale ou en tout cas facile d’accès, en voiture (proximité de la E4) et en transports en commun Plusieurs cours de récréation Salle de sport sur site (ou existence d’une salle à proximité immédiate) Coût : 25% du budget annuel (30% représentant la limite extrême) Capacité : 750 élèves environ

Déménagement partiel : Prévu pour l’école primaire uniquement : il y a trop d’élèves en maternelle sur le site actuel (tolérance provisoire à 120 élèves, normes communales établies à 80 élèves) Espaces récréatifs importants (cour de 500 à 700 m2 ) Centre-ville impérativement (importance d’avoir une vitrine pour l’établissement) -

 Coût de l’intervention d’un consultant Décision : Après discussion sur les modalités de rémunération du consultant, il est décidé de donner mandat à David Hay pour continuer à prospecter et mener à bien les négociations sur tout projet jugé fiable. Ses émoluments seront établis sur la base d’honoraires fixes (à

Page 31/41

estimer) assortis d’une prime à la réussite (10 à 15 % du loyer annuel des nouveaux locaux ou prime fixée au moment de l’établissement du contrat de consultation). Sandy Vuille dit Bille est chargé de mettre en forme le cahier des charges et de le remettre à David Hay lors de la validation de son contrat. David Hay estime qu’il peut prospecter dès à présent et nous informera de toute opportunité intéressante. PV du 23 novembre 2006 a) Locaux (point demandé par l’APE) Le Proviseur informe que des contacts ont été pris en octobre avec les autorités de Solna. Ces contacts visaient à exposer nos problèmes de locaux et notre cahier des charges dans la recherche de nouveaux espaces. L’accueil de Solna a été très positif. Une démarche similaire est en cours avec les autorités de Stockholm. Cependant, compte tenu des incertitudes pesant sur l’établissement en raison de la nouvelle loi (cf. 4), la prudence est de rigueur. Le Proviseur rappelle enfin que le cabinet John La Salle ne s’est plus manifesté au sujet de ses honoraires. PV du 3 avril 2007 Point n° 3 : Locaux Le proviseur annonce que trois pistes s’offrent à nous actuellement. -

L’appartement de 250 m2 situé à Humlegårdsgatan dans l’immeuble appartenant à l’Eglise réformée est toujours disponible. Il s’agirait d’une annexe pour les classes de maternelles, déjà envisagée comme vitrine il y a deux ans. Néanmoins, ce local ne correspond pas à notre cahier des charges (éclatement des annexes, manque de visibilité, problèmes d’autorisations, de cour, de cantine…). En outre, nous n’avons plus besoin de produit d’appel.

-

Le complexe de Lärarhögskolan situé à Fredhäll ne correspond pas forcément à nos besoins et à nos moyens. De plus, les bâtiments ne sont pas encore libres : Lärarhögskolan est en pourparlers avec l’Université, qui souhaite l’intégrer sur son site – mais cela ne se fera pas avant un an au plus tôt.

-

La SISAB, qui gère le parc immobilier scolaire, souhaite redistribuer l’ensemble des locaux scolaires de Kungsholmen et propose de nous reloger à Teaterhögskolan à Södermalm. Ce bâtiment répond à plusieurs de nos critères (taille, situation géographique, infrastructures etc.) mais n’appartient pas à la SISAB. Celle-ci a néanmoins déjà entrepris des démarches pour le racheter à son concurrent, Akademiska Hus. Ce projet diffère des précédents en ce qu’il est initié par notre propriétaire lui-même. La question du loyer n’est pas réglée mais il semble peu probable que la SISAB nous propose un bâtiment inabordable alors qu’elle a besoin de nos locaux. Il est à noter

Page 32/41

également que lors de la visite effectuée auprès des responsables des affaires scolaires de la commune de Stockholm, il a clairement été dit à notre direction que Stockholm soutenait ce projet de rachat pour notre compte plutôt que celui d’une extension sur le site actuel (en raison notamment des protestations des riverains). Une visite de Teaterhögskolan est prévue en mai. PV du 22 mai 2007 5. Les locaux.

Tout dernièrement le LFSL a été contacté par la SISAB. L’actuel propriétaire des locaux de Stora Essingen a actuellement pour projet de redistribuer tout son parc d’établissements scolaires sur Kungsholmen afin de pouvoir créer de nouvelles structures d’accueil pour les élèves suédois. Par conséquent, SISAB et la mairie semblent se montrer désireuses de nous fournir toute l’aide nécessaire pour quitter Stora Essingen. Deux types de montages financiers sont envisageables : soit la SISAB se porte acquéreur du nouveau site et redevient notre propriétaire, soit LFSL se porte acquéreur du nouveau site. Dans cette perspective, SISAB a attiré l’attention du LFSL pour un site sur Södermalm actuellement occupé par Teaterhögskolan. Le lundi 14 mai une délégation de personnels, de parents d’élèves et de la SISAB a procédé à une visite des locaux. Ces derniers offrent une superficie d’environ 6000 m², soit à peu près 1000 m² de plus que sur Stora Essingen. Le site et le bâtiment sont très agréables, avec de beaux volumes. Cependant, plusieurs membres de la délégation redoutent que ce nouveau site ne permette pas d’accueillir la totalité de nos élèves pour l’ensemble des activités dispensé au LFSL. Se pose ainsi la question des activités d’EPS. Ce nouveau site pourra-t-il abriter un gymnase ? M. Nonnnenmacher rappelle tout d’abord que le LFSL n’a plus vocation à atteindre des effectifs de 700 à 800 élèves. Notre capacité limite se situe aux alentours de 650 élèves. Par conséquent, il y a tout de lieu de penser que les architectes de la SISAB, disposant de 1000 m² supplémentaires, sauront faire le nécessaire pour dégager les espaces figurant dans le cahier des charges1 dernièrement transmis par le LFSL. D’ailleurs les équipes de la SISAB ont d’ores et déjà annoncé qu’elles étaient en mesure de dégager 41 salles. Pour l’actuel proviseur, il s’agit donc d’une très belle opportunité : la taille du site correspond précisément à nos besoins tandis que nous semblons bénéficier de l’appui de la mairie dans ce nouveau projet de transfert. Jean-Jacques Zander de souligner que la SISAB est « coincée » d’un point de vue immobilier, ce qui nous donne une position plutôt favorable dans le processus de négociation. M Dizengremel, compte tenu de la situation financière délicate du moment, souhaiterait que nous puissions communiquer dès à présent à SISAB un seuil budgétaire. La SISAB pourrait très bien nous mettre dans une impasse. 1

Cf. Pièce annexe

Page 33/41

Pour Jean-Bernard Trussart, une projection financière doit être établie en tenant compte du budget disponible et du nombre d’élèves à terme. Dans les jours qui suivent, Jean-Jacques Zander se propose de rédiger une lettre d’intention qui, sans mentionner de chiffres précis, fera comprendre à la SISAB que le LFSL est d’accord pour poursuivre plus avant le projet de transfert sur Södermalm sous réserve d’un coût supportable pour notre établissement, tout en gardant la possibilité de nous retirer à tout moment de la négociation. Décision : Le Comité de Gestion entérine la démarche proposée par son président (lettre d’intention – Cf paragraphe précédent).

PV du 22 novembre 2007 Question immobilière Catarina Hasslev rappelle que suivant les nouvelles dispositions des autorités suédoises, le Lycée Français Saint Louis ne peut plus croître. Le nombre maximum d’élèves est de 650, répartis comme suit : 460 du CP à la 3ème ; 85 de la 2ème à la Terminale ; et +/- 100/120 en maternelle. Sachant que le bail actuel de SISAB prend fin en 2012, le Proviseur demande que le projet « déménagement » soit sous la responsabilité d’une cellule de veille active composée d’un membre des personnels, d’un représentant des parents d’élèves et de lui-même ou de son représentant. Les parents déclarent que la possibilité d’une scission de l’établissement ne soit pas écartée et proposent qu’un inventaire précis des locaux actuels et de leur occupation soit réalisé afin d’en optimiser l’utilisation PV du 5 juin 2008 -> Les locaux. Le bail actuel, particulièrement avantageux, lie le LFSL à la SISAB jusqu’en 2012. Chacun s’accorde sur la nécessité d’envisager dès à présent l’échéance du bail, bien qu’il soit à l’heure actuelle délicat de fixer un échéancier compte tenu des aléas du marché immobilier. M. Boyer remarque que la dernière réunion avec la SISAB, concernant le réaménagement de la cour, a été particulièrement cordiale. Bruno Dizengremel remarque toutefois qu’en raison des pratiques et des règles du marché immobilier stockholmois, une négociation rude et violente n’est pas impossible le moment venu. Le risque d’être mis à la porte n’est pas à exclure. Des prises de contact doivent être engagées à la rentrée. Laurent Devèze souligne toutefois qu’il ne faut pas dramatiser. Certes, le contexte immobilier ne doit pas être négligé mais la présence d’un lycée français à Stockholm relève

Page 34/41

aussi d’enjeux politiques entre Stockholm et la France. La SISAB est une entreprise liée à la commune de Stockholm pour la gestion du patrimoine immobilier scolaire. Bruno Dizengremel demande s’il ne serait pas possible de conclure un nouveau bail avant l’échéance pour bénéficier de conditions favorables dans la négociation. Åsa Minoz rappelle l’importance de bonnes relations avec la commune de Stockholm. M. Boyer va demander à rencontrer une personne responsable des questions immobilières de la commune de Stockohlm d’autant que le lycée devra prochainement effectuer des démarches pour la construction d’une structure légère sur le terrain de sport.  Les projets de déménagement et d’agrandissement. Aucune perspective nouvelle n’est à mentionner sur cette question. Sylvie Renard rend compte de l’étroitesse actuelle des locaux. Après avoir rappelé l’historique des recherches, Othman Mohamed indique qu’il n’y aura pas d’autres demandes de croissance des effectifs auprès des autorités suédoises. Le LFSL ne doit pas accueillir plus de 10% d’élèves n’ayant aucun lien avec la France. Certes, il y aura une légère croissance des effectifs, mais les structures ne changeront pas. Il convient d’optimiser l’utilisation des locaux actuels. Sylvie Renard de rappeler qu’un projet d’agrandissement sera d’actualité tant que des cours se dérouleront dans les couloirs. M. le proviseur considère que les locaux actuels permettent d’y organiser tous les enseignements : la salle de réunion pourra, à la rentrée, accueillir des cours, l’annexe sera mieux utilisée et les cours d’EPS devraient bénéficier d’une structure légère. Sylvie Renard constate cependant que le fonctionnement actuel n’offre aucune souplesse et qu’aucune salle des langues n’a été à ce jour aménagée. Les conditions dans le primaire sont telles qu’elle juge que les collègues sont désormais prêts à procéder à une scission maternelle/élémentaire pour améliorer le fonctionnement. Othman Mohamed annonce qu’une amélioration du service de cantine est possible : Essingeskolan autoriserait le élèves du LFSL à utiliser sa salle de restauration à partir de 12h. Bruno Dizengremel considère qu’il convient de réunir toutes les informations pour nourrir tout éventuel projet de déménagement ou d’agrandissement. Pourquoi ne pas demander à Skolverket une nouvelle augmentation des cadres pour opérer une scission réussie de la structure ? M. le proviseur insiste sur le fait que le LFSL est un établissement de taille moyenne qui à terme ne devra pas accueillir plus de 700 élèves. Åsa Minoz considère qu’il ne faut pas négliger non plus le poids des francophones scolarisés hors du LFSL à Stockholm, qui mériterait également de reconsidérer les cadres actuels. Certes, les motivations de ces francophones sont diverses mais Bruno Dizengremel pense que de nombreuses familles francophones sont en train de renoncer au système français en raison de l’ampleur des listes d’attente. Trois classes en primaire offriraient plus de souplesse et permettraient d’envisager une délocalisation partielle. La question de la croissance des effectifs est d’autant plus d’actualité que le nombre d’expatriés français risque d’augmenter sensiblement dans les années à venir compte

Page 35/41

tenu des derniers développements de l’actualité économique (rachat d’Absolut par le groupe Pernod-Ricard, projet de rachat de Telia par France Telecom…) M. Boyer s’interroge sur une nouvelle demande d’augmentation des cadres auprès de Skolverket. Laurent Devèze insiste sur la prudence qu’il convient d’adopter dans tout projet d’expansion. A l’heure actuelle, le gouvernement souhaite plafonner sa subvention. Il n’est donc pas certain qu’il soutienne un nouvel accroissement des effectifs. Åsa Minoz interpelle le CG sur la question du devenir du LFSL : quel lycée souhaite-t-on bâtir dans une perspective de 5 à 10 ans ? Quelle offre d’enseignements veut-il proposer? Face à ces interrogations, Bruno Dizengremel encourage l’établissement à chiffrer précisément les perspectives de croissance. Une telle enquête pourrait être confiée à un stagiaire de la mission économique. PV du 26 novembre 2008 1. Locaux Un projet de construction de 2 salles de classes sur les côtés de la passerelle est à l’étude par un architecte et SISAB. La cour sera aménagée : une réunion parents – profs- élèves en a donné le canevas. Le CG propose de faire un fond de dotation pour les investissements importants, locaux, gymnase et de garder une provision pour risques dès 2009. (Décision lors du prochain CG) Constitution de différents groupes de travail. PV du 2 avril 2009

2. INVESTISSEMENTS IMMOBILIERS et LOCAUX PRÉSENTATION DES 5 PROJETS EN COURS POUR LES LOCAUX 1) Passerelle. 2 salles de 60 m2 coût 3,5 MSEK les salles pourraient être prêtes pour Noël 2) Rénovation suite dégât des eaux coût 0,7 MSEK : en cours 3) CDI coût 1,5 MSEK La surface existante est augmentée de 20%. Le bureau du responsable informatique est annexé ainsi que la réserve. Le responsable info utilisera l’actuelle salle 201 Il y aura au mur un lieu d’exposition pour les élèves.

Page 36/41

4) Cour coût 1,5-2 MSEK La première tranche pourra être prête pour la rentrée. 5) Annexe coût répercuté sur les loyers à venir. IOGT sera maître d’œuvre. 630 m2 ce qui pourrait donner 4/5 salles de classe supplémentaires Les membres du CG expriment leur satisfaction. A l’unanimité il est donné mandat à la direction de mener à bien ces projets à 2 conditions expresses : a) qu’un bail de 10 ans soit signé avec SISAB et aussi avec IOGT pour assurer un investissement rentable à long terme et une bonne visibilité concernant le poste loyer du Lycée b) que le processus d’appel d’offre permette d’obtenir un coût de réalisation minimal ne dépassant pas les limites budgétaires. Dés connaissance des coûts le CG sera informé et le budget réajusté en conséquence. Les projets seront présentés au personnel le lundi 6 avril 2009 de 17 à 18 et ce sera l’occasion pour le personnel de s’exprimer sur le projet de l’annexe.

PV du 3 juin 2009 M. l'architecte informe le CG sur l'avancée des investissements immobiliers. 

Vie scolaire et salle d'étude: terminé.



Foyer des élèves : en cours.



Bureau de la gestion : en cours.



CDI : Début des travaux lundi 08 juin.



Passerelle, 2 salles de classe : travaux pendant l'été, livraison fin d'année.



Aménagement de la cour : travaux pendant l'été, livraison partie maternelle à la rentrée.



Annexe : négociation en cours sur le nouveau loyer et sur l'engagement d'occupation sur 8 ans. (le CG souhaite une durée d'engagement la plus longue possible pour assurer un amortissement à long terme.)



Escalier extérieur et transformation de la dalle de parking à l'annexe : demande de permis de construire déposé.

Gymnase : étude en cours, discussion avec la commune.

Page 37/41

PV du 4 novembre 2009 Travaux : Il a été rappelé lors de la réunion du 4 novembre que le CG avait posé deux conditions expresses lors de la réunion du 2 avril quand aux investissements importants : a) Qu’un bail de 10 ans soit signé avec la SISAB et aussi avec IOGT pour assurer un investissement rentable à long terme et une bonne visibilité concernant le poste loyer du lycée. b) Que le processus d’appel d’offre permette d’obtenir n coût de réalisation minimal ne dépassant pas les limites budgétaires. Le CG demande donc que le nouveau bail se renégocie au plus tôt avec SISAB, et que le CG puisse connaître rapidement le nouveau montant du loyer. Ce bail devrait courir jusqu'en 2025. Les modalités de location, les surfaces exactes, les éventuelles servitudes et les surfaces partagées avec Essingeskolan seront revues. Les membres du CG souhaitent être informés de tout dépassement (+ 500 000 sek) par courrier électronique. Les représentants des parents demandent que les sommes des travaux réalisés et payés par LFSL apparaissent sous le compte « Investissements ». PV16 décembre 2009 11. Passerelle : En ce qui concerne les 2 salles sur la passerelle, la construction aura lieu si le prix proposé par SISAB est acceptable, c'est-à-dire de l’ordre de 5,7M.de SEK. Les membres du CG auront immédiatement connaissance d’un dépassement de budget, le cas échéant. PV du 31 mars 2010 9) Bail SISAB Une liste importante de travaux a été soumise (passerelle, trois salles par an, sols, murs, ventilation, électricité, local poubelles, chauffage, etc...). Nous prévoyons de signer sous 15 jours pour une durée de neuf ans moyennant un loyer mensuel de 1 800 SEK (au lieu de 1 200 SEK), étant observé que le CDI a déjà été payé. Le bail commencera à courir à compter de Septembre 2010. Mme Renard-Hermodsson rappelle qu´un loyer mensuel de 1 800 SEK est un loyer intéressant (à titre d´information, M. le Directeur du Fritids a cherché des locaux et n’a rien trouvé à moins de 2 000 SEK). PV du 30 septembre 2010 7. Approbation des comptes (annexe 6) Le bail SISAB n’est pas signé le 30 septembre 2010. Le Comité de Gestion prend connaissance de la correspondance. SISAB précise qu’un contrat sera prêt dans les 7 jours.

Page 38/41

Le Gestionnaire précise que les chiffres à approuver sont ceux de la version circulée en juillet 2010 et non en septembre 2010. Le Gestionnaire précise qu’il y aura une modification (positive) au niveau des amortissements, puisque la durée du bail SISAB initialement prévue 9 ans sera d’une durée de 15 ans. Le loyer a également été ramené à 1648 kr au lieu de 1800 kr prévu initialement (annexe 7 : Bail SISAB à signer) PV du 13 décembre 2010

1) Point d’information sur la construction d’un gymnase. Messieurs Boyer et Ameline exposent les détails d’un projet de construction de gymnase. Les lieux logeraient deux salles de gymnastique (séparées d’une cloison amovible) et un réfectoire à partager avec Essingeskolan. Le prix de location serait le même que le prix actuel de SISAB, à savoir 1600 sek/m2. Le projet, prévu pour la rentrée 2012, n’influera pas sur le budget 2011. Un groupe de travail se réunira pour apporter un projet plus finalisé à la prochaine réunion du comité de gestion. 2) Présentation d’un projet d’agrandissement des locaux de la maternelle. M. Boyer informe le comité que des locaux sis à Hantverkargatan sont mis en location. Il serait possible d’y héberger quatre classes de maternelle. Le projet sera étudié plus en détail par un groupe de travail pendant les mois à venir. PV du 24 avril 2012 Les travaux prévus, en cours ou à envisager, sont pris en compte dans l’augmentation contractuelle négociée avec SISAB - Salle profs - Salle repos - Secrétariat - Espace accueil public - Bureau proviseur Soit une enveloppe d’environ 1 à 6 millions SEK prévus au total sur la période de 3 ans négociée avec SISAB Les 6 millions SEK doivent permettre d’autres travaux, mais il est aussi possible de financer certains travaux sur le budget de fonctionnement (petites dépenses, rideaux etc….)

Page 39/41

PV du 30 mai 2012

6. Point gymnase et cantine Rien n'est à signaler depuis le 26/04 puisque SISAB doit présenter un devis à la commune pour mi-juin.

7. Travaux de l’été 2012- financement SISAB Rien a signaler sauf que les travaux de l’été financés par SISAB concernent le bureau du proviseur, salle de repos, salle des professeurs et la salle 101. Sandy fera un rapport dès qu’il aura du nouveau et au plus tard lors de la prochaine réunion du CG. PV du 16 avril 2013 11. Travaux été 2013 Le CA approuve les propositions de rénovation des salles de classes. Le CA sera consulté dès que possible par rapport aux coûts à engager et ce, à la réception des devis correspondants. Réfection cantine : Le CA approuve le devis présenté par la Direction. Néanmoins, et suite aux remarques de l’inspection sanitaire de la cantine, le CA demande à la Direction de prendre contact avec SISAB afin que ces derniers participent au financement. PV du 20 mai 2013 9. Travaux: SISAB présentera un devis 27/5. Concernant la cantine, la fondation doit s’assurer que si nous faisons des travaux, nous devons avoir l’assurance d’un contrat stable d’au moins 5 ans avec Essinge skola. Une réunion est prévue avec SISAB 17/6. PV du 31 mai 2013 8.2 Les locaux : La proposition de Messieurs C. Boucher et H. Jerlström est approuvée par vote, selon les voix émises et qui sont les suivantes : OUI : NON : ABSTENTION :

5 voix 1 voix 2 voix

Page 40/41

Le projet du Proviseur n’est pas retenu et Mme Maraux exprime sa grande préoccupation. Descriptif du projet C. Boucher/H. Jerlström : Aucun aménagement des locaux ne sera effectué attendu le report de la date butoir de la fin des travaux, à août 2015, dans l’attente de la construction d’un nouveau bâtiment. Les solutions sont temporaires, ne s’agissant que de déplacer/ déménager matériels et personnel en adaptant certains locaux à leurs nouvelles fonctions PV 1er octobre 2013 9. Rooms (Sophie) a- Proposal for changing of rooms for Elsa and the school nurse. There is no solution possible for the moment. To be further investigated. b- Selection of architect for future renovations. Sophie would like to work with Ia Hjärre Dive Arkitects AB. Decision:  OK to work with Ia Hjärre Dive Arkitects AB.  OK to ask this architect to make a proposal for the division of Kajsa’s room. c- Situation SISAB/UF regarding a new building in the yard No news. Decision:  The contacts with SISAB since the spring shall be documented in a log. If no answer has been received within 2 weeks, our question must be escalated within SISAB. PV 25 novembre 2013 10. Travaux de réaménagement (Proviseur; vice-président) Le Proviseur fait savoir qu’il ressort de la réunion qu’elle a eue en compagnie du viceprésident, de Sandy Vuille-Dit-Bille avec SISAB, que la Fondation est désormais seule en lice pour la construction d’un bâtiment dans la cour en lieu et place d’un local appartenant à l’école suédoise. Le nouveau bâtiment abritera la cantine, le gymnase et la maternelle qui pourra de nouveau accueillir 100 élèves. Les études de plan commenceront en 2014 et le bâtiment sera livré en 2017. PV 7 mai 2014 9. Locaux - Maternelle : Aménagements des locaux (Nina Lillo) Nina Lillo souhaite aménager l'infirmerie actuelle, le bureau de la psychologue et celui d'Elsa Rodriguez.

Page 41/41

Le coût total des travaux serait de 900 000 sek. Estimation faite par l'architecte qui étudie le projet. Il est suggéré de faire faire une offre à l'entreprise qui va faire les travaux pour la partie lycée français par le biais de l'architecte. DECISION : La poursuite de l’étude est validée. - LFSL : Statut sur le projet de nouveaux bâtiments SISAB Nina Lillo a rencontré l'architecte de SISAB pour la partie maternelle. Le responsable de la cantine l'a rencontrée de son côté afin d'exprimer les besoins sur la partie cantine. L'architecte doit fixer un RV afin que l'on étudie les plans du gymnase avec les professeurs d’EPS. - LFSL : Statut sur les travaux d'aménagement été 2014 Les travaux sont ceux de trois salles de classe rénovées durant l'été. Elles deviendront l'une une salle de classe, l'autre l'infirmerie et le bureau du curator et la dernière la salle de français langue de scolarisation et le bureau de la directrice de l'élémentaire. PV du 2 juin 2014 10. Rénovation « Förskola » Mme Lillo présente les travaux à savoir la transformation de l’infirmerie en cantine et la création d’une salle de réunion pour le åersonnel en lieu et place du bureau de la direction de l’élémentaire. Le devis de l’entrepreneur respecte le montant alloué pour ce projet. Si l’offre est validée aujourd’hui, les travaux auraient lieu pendant les vacances d’été et la livraison prévue pour le 18 août.

View more...

Comments

Copyright � 2017 NANOPDF Inc.
SUPPORT NANOPDF