Dossier de Presse Musée du Chocolat Paris

January 14, 2018 | Author: Anonymous | Category: Histoire, Histoire globale, Aztec
Share Embed Donate


Short Description

Download Dossier de Presse Musée du Chocolat Paris...

Description

Dossier de Presse Musée Gourmand du Chocolat

Le chocolat est sans doute l’un des aliments préférés des enfants comme des adultes. Tout le monde l’aime, mais connaît-on vraiment ses origines, sa fabrication, son histoire ? Le musée Gourmand du Chocolat à Paris est là pour répondre à toutes ces interrogations. Il retrace l’histoire du cacao et présente les différentes méthodes de fabrication et de dégustation du chocolat à travers le temps. Grâce à une collection privée remarquable de plus de 1000 objets, le public découvre des ustensiles et objets aussi insolites que fascinants. La boutique et les ateliers pour petits et grands permettent quant à eux d’emporter chez soi un peu de l’histoire du chocolat. Le musée de 850 m2 sur 3 étages, est divisé en 3 parties : - La première partie revient sur les origines du cacao avec une présentation du cacaoyer et une immersion dans les cultures Maya et Aztèque. - La seconde partie du musée présente l’introduction du chocolat en Europe, se penche sur sa composition et montre comment la production est devenue industrielle au 19ème siècle. - La dernière partie aborde enfin le chocolat sous son aspect plus contemporain et comprend entre autres

une salle de démonstration qui permet de voir en direct la fabrication d’un bonbon chocolaté et bien évidement de le déguster ! Contacts Presse : Maryse Masse, Marion Lambert et Pascaline Le Gal Maryse Masse Communication 243 bis, bd Pereire - 75017 Paris Tél. : 33 (0)1 40 54 72 50 ou 33 (0)6 22 468 468 E-mail : [email protected]

Une première partie qui revient sur les origines du cacao

La visite du musée démarre par une présentation du cacaoyer dont les fèves vont permettre de fabriquer le chocolat. D’où vient le cacao ? Comment pousse un cacaoyer ? Dans quelles conditions ? Dans quels lieux ? Comment récolte-t-on les fèves de cacao ? Le cacaoyer Le cacaoyer poussait à l’origine à l’état sauvage dans la forêt d’Amazonie, mais il se cultive désormais dans de nombreuses régions tropicales. Cet arbre aime l’humidité et la chaleur mais craint le vent et le soleil. Il existe 3 principales variétés de cacaoyers : le Criollo, le Forastero et un croisement des deux, le Trinitario. Le cacaoyer peut atteindre 8 à 10 mètres de haut mais sa hauteur est volontairement limitée à 3 ou 4 mètres afin de faciliter la récolte. Les fruits du cacaoyer, les cabosses, poussent directement sur le tronc de l’arbre. Chaque cabosse contient de 20 à 40 fèves. Le cacaoyer

La récolte a lieu 2 fois par an. Les fèves et la pulpe sont retirées et recouvertes de feuilles de bananier pour la fermentation. La fermentation est une étape capitale car c’est elle qui va permettre d’obtenir le goût et l’arôme du chocolat. Ensuite les fèves sont séchées au soleil afin de faire baisser le taux d’humidité. Etape nécessaire pour assurer la conservation durant leur transport. Les outils pour la récolte

Le Saviez-vous ? Plus de 75 % du cacao est désormais produit en Afrique de l’ouest avec en tête des pays producteurs la Côte d’Ivoire.

Le cacao : divin nectar chez les Olmèques, les Mayas et les Aztèques L’avancée des recherches archéologiques permet de conclure que les pré-Olmèques utilisaient le cacao au sein de boissons 2000 ans avant Jésus-Christ. Le cacao a donc 4 000 ans d’histoire ! Apres les Olmèques, ce sont les Mayas (250 avant JC – 900 après JC) qui ont développé la culture du cacaoyer, puis les Aztèques (1150 – 1500 après JC) se sont mis à vénérer le cacaoyer. La première partie du musée explique et présente ensuite à travers une collection d’objets authentiques les rites des Mayas et des Aztèques autour du Cacao. En effet, dans ces cultures, le cacao est considéré comme le « divin nectar », la nourriture des dieux pour les dieux. Le dieu Quetzalcoatl (le serpent à plumes) joue selon la tradition un rôle important dans l’histoire du cacao : il serait le grand maître du cacao qui aurait appris à l’homme comment cultiver et préparer le « Tchocoatl ». Dieu Quetzalcoatl

A cette époque le cacao est une boisson amère préparée à base de masse de cacao, d’eau et d’épices. Elle était réservée aux empereurs et aux guerriers car elle était censée donner de la vigueur. Elle était aussi utilisée comme offrande pour les Dieux par les prêtres qui mélangeaient leur sang avec les fèves ou la boisson. Offrande Maya

Le Saviez-vous ? A l’époque des Aztèques, le cacao était une denrée rare donc précieuse. La fève de cacao a également servi de monnaie d’échange. On pouvait par exemple acheter un lapin avec 10 fèves de cacao.

2ème partie de la visite : de l’introduction du chocolat en Europe à la composition du chocolat et à l’industrialisation de la production L’Introduction du chocolat en Europe Si Christophe Colomb est le premier européen à déguster la boisson à base de cacao « tchocoatl » en 1502, il passera complètement à côté, jugeant cette boisson bien trop amère. L’introduction du cacao en Europe passera par la rencontre entre l’empereur aztèque Moctezuma et Hernando Cortes, un conquistador Espagnol. C’est par cette rencontre que démarre la 2ème partie du Musée. En effet, lorsque Cortes débarque au Mexique le 21 avril 1519 arborant une barbe, son armure (des écailles brillantes), un casque surmonté de plumes et une croix (le signe de 4 directions), Moctezuma pense que Quetzalcoal, le Dieu serpent à plumes qui avait été chassé est revenu. Cette méprise permettra à Cortes d’être reçu avec tous les honneurs et de déguster la boisson cacaotée. Hernando Cortes

Si les espagnols n’apprécient que peu cette boisson amère, ils finiront par y prendre goût après en avoir diminué les épices et y avoir ajouté du sucre. En 1527, Cortes importe les fèves de cacao en Espagne et le « Chocolate » devient la boisson préférée de la cour espagnole. La boisson cacaotée sucrée se répand ensuite dans les cours royales des autres pays d’Europe dès le 17ème siècle. Les premiers salons de thé et de chocolat apparaissent à cette époque mais jusqu’à la fin du 18ème siècle le chocolat reste un met réservé aux plus fortunés. Chocolatières

Le Saviez-vous ? C’est Anne d’Autriche, fille de Philippe III, Roi d’Espagne, qui introduira le chocolat à la cour de France en épousant Louis XIII en 1615. Elle arrivera en France accompagnée de sa « molina », une servante experte dans la préparation de la boisson cacaotée.

Dans cette partie du musée on retrouve une superbe collection de tasses à chocolat : « Mancerina » et « Trembleuse » et de chocolatières en cuivre, porcelaine, céramique ou argent.

Mancerina

Trembleuse

Chocolatière

Le Chocolat sous toutes ses formes et à la portée de tous La seconde partie du musée se poursuit par une présentation des découvertes et avancées qui ont permis de varier la manière de consommer le chocolat (liquide ou solide, noir ou au lait), de le démocratiser et d’en faire un aliment de consommation courante, produit à grande échelle grâce à l’industrialisation. En 1828, Van Houten découvre le procédé permettant de séparer le beurre de cacao des solides. Cela permet d’ajouter du beurre de cacao à la masse de cacao afin de pouvoir faciliter le démoulage. Le chocolat se diversifie et peut désormais se déguster sous de nouvelles formes : barres, tablettes… Van Houten

….Et pour tous les goûts ! Il est désormais possible de réaliser du chocolat noir (à base de masse de cacao, de sucre et de beurre de cacao), du chocolat au lait (en ajoutant à cette préparation de la poudre de lait) et du chocolat blanc (composé de beurre de cacao de sucre et de lait).

Chocolat noir

Chocolat au lait

Chocolat blanc

Le Saviez-vous ? La grand majorité des consommateurs de chocolat ignore la composition du chocolat blanc et se demande même si c’est vraiment du chocolat. Il est composé de beurre de cacao, de sucre et de lait. Il contient donc l’un des composants essentiels du cacao : le beurre de cacao. C’est donc bien du chocolat.

Cette seconde partie du musée s’attarde enfin sur le perfectionnement des méthodes de production qui permettent au chocolat de devenir un produit de grande consommation au 19ème siècle grâce à la révolution industrielle et présente fondoir et ustensiles utilisés par les chocolateries dans les années 50 et actuellement.

Une 3ème partie dédiée à la place du chocolat de nos jours Cette dernière partie du musée est consacrée à la place du chocolat dans notre univers contemporain. Plusieurs espaces, le centre de démonstration, la salle de projection, l’espace dédié aux expositions temporaires, permettent d’affiner sa connaissance du chocolat.

Le Centre de démonstration Des démonstrations réalisées par un chocolatier ont lieu tout au long de la journée afin de présenter de manière détaillée comment fabriquer un bon chocolat à la fois brillant et croquant.

Une dégustation des bonbons chocolatés (praline) est bien entendu proposée afin de satisfaire tous les gourmands ! Le Saviez-vous ? Le mot « Praline » est originaire de France. On le doit à Monsieur Choiseul, comte de Plessis-Praslin, officier français et diplomate du XVIIème siècle, dont le cuisinier a créé une amande trempée dans du sucre bouilli qui fut appelée « praslin ». C’est Jean Neuhaus qui invente la praline en 1912. Il remplit une coupelle en chocolat de praliné et l’appela « Praline ».

La salle de projection Cette dernière partie du Musée est équipée d’une salle de projection qui diffuse un documentaire retraçant toutes les étapes de la production du cacao jusqu’à sa transformation finale en chocolat.

L’espace dédié aux expositions temporaires Deux fois par an le Musée Gourmand du Chocolat organise une exposition autour de thématiques liées au chocolat : « le Chocolat et la Santé » etc.

« Quel chocolat est fait pour vous ? » Un questionnaire réalisé sur écran tactile permet selon les réponses de déterminer quel type de chocolat nous correspond le mieux parmi la gamme de grands crus du musée.

Un Musée destiné à tous : petits et grands ! Le Musée Gourmand du chocolat est destiné à toute la famille. Les enfants sont donc évidemment les bienvenus. Un certain nombre d’animations spécifiques ont été mises en place afin de séduire le jeune public. Une visite accessible même pour les plus jeunes En plus des panneaux explicatifs destinés aux plus grands disposés tout au long du parcours, 30 panneaux spécialement conçus pour les enfants à partir de 6 ans, ont été mis en place afin qu’ils puissent retenir les informations importantes. Des images, des textes simplifiés… tous ces panneaux sont facilement identifiables grâce à la mascotte « Choclala ».

Des vitrines PLAYMOBIL® Le Musée Gourmand du chocolat a également mis en scène l’histoire du chocolat grâce à des vitrines composées de personnages PLAYMOBIL®, pour la plus grande joie des enfants !

Un jeu pour rendre la visite plus ludique Une feuille et 8 autocollants sont remis, dès l’entrée du musée aux enfants de 6 à 12 ans accompagnés de leurs parents. L’objectif est de les remettre dans le bon ordre. Une fois la feuille complétée, il suffit de la remettre à l'accueil après la visite. Si les 8 autocollants sont collés dans les bonnes cases, un petit cadeau sera remis à chaque petit participant ! Quel meilleur moyen pour inciter un enfant à être attentif ?

Des ateliers dédiés aux enfants Des ateliers sont organisés par tranche d’âge pour les enfants de 6 à 16 ans. Pendant une heure ils peuvent apprendre à dessiner avec du chocolat et réaliser de véritables bonbons chocolatés qu’ils pourront déguster seuls ou en famille dès leur retour à la maison.

Les Expositions temporaires Afin d’approfondir certains sujets liés au chocolat, le Musée Gourmand du Chocolat met en place deux à trois fois par an des expositions temporaires thématiques. Après l’exposition Ka’Kaw, autour du cacao criollo (le cacao originel consommé par les empereurs aztèques) et une exposition sur le thème « Le Chocolat et la Santé ». Le Musée Gourmand du Chocolat présente 3 nouvelles expositions en 2012.

Programme 2012 Du 5 octobre 2011 au 11 mars 2012 Images exquises - L'enfant dans l'imagerie des chocolatiers (1875-1915) Images exquises est une exposition qui propose des chromolithographies en couleurs de chocolatiers représentant des enfants datant de 1875 à 1915. Les chocolatiers utilisaient les chromos comme cadeaux publicitaires ou comme prime pour l'achat d'un certain nombre de produits. L'industrie du chocolat a largement exploité l'univers de l'enfance et son esthétique. L'exposition offre le témoignage d'un savoir faire artisanal et semi-industriel ainsi que le reflet de la société d'antan.

Fin mars 2012 - Mi septembre 2012 Kunas &Cacao : Voyage au coeur des traditions Kunas - le cacao de la naissance à l'audelà Exposition d’une série de photos, d’outils, d’ustensiles et d’un film réalisés au Panama autour des indiens Kuna dont le cacao est au centre de l’existence. Il joue en effet, un rôle dans tous les moments importants de la vie (naissance, puberté, mort…)

A partir de septembre 2012 Centenaire de la praline A l’occasion du centenaire de la Praline inventée par Jean Neuhaus, un confiseur belge, en 1912, le Musée Gourmand du Chocolat souhaite à travers une exposition temporaire, s’intéresser de plus près à cette délicieuse gourmandise.

Les ateliers du Musée Gourmand du Chocolat Pour aller encore plus loin, le musée propose des ateliers pour les petits et pour les grands. Chacun mettra en pratique ses nouvelles connaissances tout en apprenant encore sur les mystères du cacao. Une manière agréable et ludique de découvrir le chocolat, afin qu’une fois chez soi, chacun puisse jouer au petit chocolatier et épater sa famille.

Pour les enfants Des ateliers sont organisés pour les enfants de 6 à 16 ans. En compagnie d’un chocolatier, les enfants pourront apprendre à dessiner avec du chocolat et réaliser de véritables bonbons chocolatés, qu’ils pourront croquer à leur retour chez eux. Il existe 3 ateliers d’une durée d’une heure répartis par tranche d’âges : 6 à 9 ans, 10 à 12 ans et 13 à 16 ans. Tarif : 20 € par enfant. Les adultes peuvent participer à l'atelier au même tarif que les enfants, soit 20 €. Les parents accompagnant leurs enfants durant la visite du musée uniquement bénéficient du tarif réduit de 8 €. Nombre de participants : minimum 10 et maximum 15 enfants simultanément dans l'atelier.

Pour les adultes Les plus grands peuvent également participer à des ateliers pour apprendre à fabriquer leurs propres chocolats. Les ateliers ludiques - Atelier Fun 1h – 40 € par personne Tempérage *, techniques de trempage (orangettes, marshmallows, truffes) et réalisation de mendiants. - Atelier Fun 1h30 – 60 € par personne Tempérage, techniques de trempage (orangettes, marshmallows, truffes) et réalisation d’une tablette de chocolat (150g) et d’un pot de pâte à tartiner (200g). Les ateliers Techniques Pour apprendre les technique professionnelles de travail du chocolat : le tempérage, la technique du moulage, la préparation du praliné ou de la ganache, le fourrage de la praline et la fermeture du chocolat. - Technique 1h – 35 € par personne Tempérage et production de bonbons au chocolat pralinés (7 chocolats) - Technique 1h30 – 50 € par personne Tempérage et production de bonbons au chocolat praliné et ganaches (14 chocolats) Minimum 10 et maximum 15 personnes dans l’atelier (possibilité de 2 groupes de 15 personnes, un groupe participe à l’atelier pendant que l’autre fait la visite du musée) Tous les ateliers sont organisés sur réservation pour les groupes, et à dates fixes pour les individuels. Informations (dates, programme des ateliers…) sur demande. * Le tempérage consiste à faire passer le chocolat par 3 paliers de température différents pour en améliorer la brillance et le cassant et le rendre apte à la fabrication de bonbons au chocolat et de moulages.

La boutique du Musée gourmand du Chocolat Quelle frustration si elle n’existait pas ! La boutique du musée, véritable caverne d’Ali baba pour les chocovores, termine en beauté le parcours et permet de satisfaire les plus gourmands. Chocolat blanc, noir, au lait… Il y en a sous toutes les formes, pour tous les goûts et pour tous les moments.

Pour les amoureux ? La fleur en chocolat est le cadeau parfait. Pour les accros ? L’appareil à fondue est l’accessoire rêvé. Pour les inquiets ? La tablette de chocolat hebdomadaire apporte la dose journalière idéale. Pour le goûter ? Les friandises en chocolat font plaisir aux petits comme aux grands. Pour les mamans ? Les moules de toutes formes régaleront la famille. Des souvenirs pour les gourmands mais aussi pour les curieux qui peuvent étendre et approfondir leurs connaissances du cacao au travers de nombreux ouvrages. Mais le chocolat, comme l’Histoire nous l’a appris, c’est aussi et surtout la boisson cacaotée qui a été jusque dans les années 1800, la principale forme de consommation. 6 chocolats chauds différents sont proposés dans la boutique. Véritables machines à remonter le temps, on peut notamment gouter une recette aztèque très épicée mais également la plus ancienne recette espagnole, avec ses touches d’amandes et de noisettes. On peut accéder à la boutique de manière indépendante sans visiter le musée.

Le Fonds de Développement du Cacao Afin de soutenir les producteurs dans les pays en voie de développement et de les aider à améliorer leur production, le musée du chocolat a crée le Fond de Développement du Cacao. Le musée verse chaque année la somme de 2 500 € pour financer des projets pour le cacao. Le Musée a également mis en place l’opération « Parrainage d’un cacaoyer ». Pour 1 euro, chaque visiteur peut parrainer un cacaoyer. Près de 2000 personnes à ce jour ont déjà parrainé un arbre. Projets déjà réalisés KAKAW : Livre - photo sur le "Cacao Real" de Soconusco L’intérêt pour l’histoire et les origines de l’emploi du cacao en général et spécifiquement dans la région du Soconusco au Mexique, qui produisait déjà au temps des Aztèques du « Cacao Real » a convaincu la direction du musée de réaliser l’impression de ce livre. Cacao Fino San José Le musée a décidé de soutenir la coopérative Fino San José, une petite entité de production située à San José, près de Tapachula dans le sud du Mexique, afin de les aider à produire des chocolats fins pour la consommation en envoyant : 100 moules en macrolon, une plaque de marbre pour tabler le chocolat, du papier aluminium d’emballage (introuvable sur place). Venezuela L’établissement Chocolates Paria situé dans la péninsule de Paria au Venezuela produit du chocolat et dispose d’un musée. Il aide aussi des artisans locaux à transformer leurs fèves de cacao en chocolat artisanal. Afin de les soutenir, Le Musée Gourmand du chocolat a offert 140 moules à pralines en polycarbonate. Projet en cours Ouverture d’un musée et centre du cacao et du chocolat à Cuba Le Musée Gourmand du chocolat collabore à la réalisation d'un petit musée sur l’histoire du cacao et du chocolat dans la ville de Baracoa à Cuba. Cette ville du sud est de l’île se situe dans la région où l’on cultive le cacao. Le Musée Gourmand du chocolat réalisera les panneaux historiques, financera les vitrines et fera don des pièces nécessaires pour les vitrines : tasses à chocolat, chocolatières, moules, etc. Via le fond et co-financé avec Syntra Bruxelles une tempéreuse a déjà été offerte au Musée.

A propos du Musée Gourmand du Chocolat Le musée Gourmand du Chocolat est une initiative privée de la famille Van Belle, qui a ouvert un premier musée Choco-Story en 2004, à Bruges, en Belgique. Un second musée s’est ensuite ouvert à Prague en République Tchèque en 2008, puis le Musée Gourmand du Chocolat s’est installé à Paris en 2010. Monsieur Eddy Van Belle, passionné de chocolat acquiert régulièrement des pièces pour ses différents musées. Il parcourt également le globe à la recherche de nouvelles informations ou de nouveaux secrets sur le chocolat. Tous les éléments collectés sont ensuite intégrés aux musées, au sein des collections (objets, photos, vidéos) ou par le biais d'expositions temporaires ou encore au travers de publications que les musées éditent régulièrement et qui sont disponibles dans les boutiques. Le Musée Gourmand du Chocolat dispose de 1000 pièces de collection authentiques. Les musées partagent également leurs collections en prêtant de nombreux objets à d’autres musées ou pour des expositions en province. Le partage de cette passion du chocolat est une obligation morale pour le musée qui souhaite mettre sa connaissance à la portée de tous. Le musée gourmand du chocolat bénéficie du soutien de Belcolade. A propos de Belcolade Créé en 1988, Belcolade est le deuxième fabricant de chocolat belge (100% beurre de cacao et 100% de vanille naturelle) destiné au marché professionnel. C’est le dernier fabricant de chocolat de couverture à être entièrement détenu par des familles belges et la principale filiale de la division chocolat du groupe belge Puratos (qui fait partie des 5 plus grands fabricants de chocolat gourmet au monde). Au-delà des chocolats sous forme liquide, blancs, au lait et noirs, l’entreprise fabrique également des pastilles, des pépites, des barrettes, des granulés et des blocs. Le groupe Puratos distribue le chocolat Belcolade en France, au travers de sa filiale Patisfrance, spécialisée dans la production et la commercialisation de produits semi-élaborés destinés aux boulangers, pâtissiers et chocolatiers.

Informations Pratiques Choco-Story Le Musée gourmand du chocolat 28, boulevard Bonne Nouvelle 75010 Paris Tél. : 00 33 (0) 1 42 29 68 60 Fax : 00 33 (0) 1 42 29 65 08 E-mail : [email protected] Site internet : www.museeduchocolat.fr

Musée ouvert toute l’année du lundi au dimanche de 10h à 18h (dernières entrées à 17h) Fermetures annuelles le 1er janvier et le 25 décembre Parcours en 3 langues : - Français - Anglais - Espagnol Tarifs Adultes : 9 euros Etudiants, + de 65 ans, groupes (15 pers minimum réservation souhaitée) : 8 euros Enfants (6 à 12 ans) : 6 euros Gratuit pour les – de 6 ans Chocolat Chaud : 3 euros Tarifs spécifiques pour les écoles et Centres de Loisirs Durée de la visite 1 à 2 heures Accès Métro : Bonne Nouvelle ou Strasbourg Saint Denis Bus : ligne 20, 39 ou 48 - Arrêts : Poissonnière – Bonne Nouvelle ou Porte Saint Denis Dépose autobus possible devant le musée Parking public payant accessible via la rue d’Hauteville

View more...

Comments

Copyright � 2017 NANOPDF Inc.
SUPPORT NANOPDF